Oasis santé mentale veut outiller les enfants

Ugo
Ugo Giguère
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Quand on a 9 ou 10 ans et qu’un de ses parents souffre d’un trouble de santé mentale, on se retrouve démuni. Pour aider les enfants à comprendre et les outiller pour faire face à cette réalité, Oasis santé mentale lance «les ateliers Anna».

La directrice générale Mélanie Tremblay et le président André Charbonneau de l’organisme Oasis santé mentale avec la tortue des histoires d’Anna et la mer.

En huit rencontres animées par des intervenantes psychosociales, avec l’aide de leur énorme tortue mascotte, les enfants vont développer leur coffre à outils. Développer l’estime de soi, apprendre à reconnaître les comportements, exprimer leurs émotions et briser l’isolement.

«Entre eux, ils peuvent échanger parce qu’ils vivent des réalités semblables. Pour ces jeunes-là, ça peut devenir difficile d’inviter des amis à la maison parce qu’ils ont une crainte que leur parent ait un comportement différent», explique Sylvie Lussier, intervenante depuis plus de 20 ans.

Raison de plus pour intervenir en bas âge, ces enfants sont statistiquement plus à risque de développer eux-mêmes des troubles d’humeur ou des troubles anxieux. Une première cohorte de six à huit enfants de 9 à 12 ans va entreprendre les ateliers à compter du 17 octobre.

Le programme créé par Rebecca Heinisch s’accompagne des livres illustrés de la série Anna et la mer. On y suit le personnage d’Anna dont l’un des parents est atteint de troubles mentaux.

Si Oasis santé mentale a pu mettre sur pied ce projet, c’est surtout grâce à l’aide financière de la campagne Bell cause pour la cause. Le fonds communautaire a versé une aide de 12 000$ à l’organisme granbyen.

Besoin de financement

Quand un organisme a besoin de l’appui d’une fondation pour lancer un programme aussi important que celui d’aider des enfants en difficulté, c’est signe que ses finances sont précaires. «On va sauver six vies avec cet argent-là», lance le président d’Oasis santé mentale André Charbonneau.

Pourtant, l’organisme n’aurait pas eu les moyens de se l’offrir sans aide extérieure. «On n’a pas eu d’augmentation de notre financement depuis au moins 10 ans», révèle la directrice générale Mélanie Tremblay.

Entretemps, la clientèle d’Oasis a triplé et son offre de services a quadruplé! «Tout grossit, mais notre financement de base demeure le même et même qu’il s’amenuise parce que l’indexation est plus basse que le coût de la vie», renchérit M. Charbonneau.

Oasis santé mentale, qui a pignon sur la rue St-Antoine Nord, reçoit environ 230 000$ par année de l’Agence de la santé de la Montérégie. Le reste de son budget de fonctionnement de 310 000$ provient de dons du public et de levées de fonds.

L’organisme couvre tout le territoire de la Haute-Yamaska et de Brome-Missisquoi.

Organisations: Anna, Bell, Agence

Lieux géographiques: Rue St-Antoine Nord, Montérégie, Territoire de la Haute-Yamaska Brome-Missisquoi

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires