La bio-crémation débarque à Granby

Romy Quenneville-Girard romy.quenneville-girard@tc.tc
Publié le 1 avril 2015
Éric Le Sieur, propriétaire du Complexe Funéraire Le Sieur à Granby, présente le nouveau service de bio-crémation.
Photo TC Media - Romy Quenneville-Girard

INNOVATION. Le complexe funéraire Le Sieur de Granby s'est doté d'un nouveau service de crémation : l'aquamation. Une première en sol québécois.

Également appelée la bio-crémation, l'aquamation est un nouveau procédé de crémation bien plus écologique que la méthode traditionnelle.

«Il y a de nombreux avantages à privilégier la bio-crémation, explique le propriétaire de l'entreprise funèbre, Éric Le Sieur. C'est entre autres un processus plus en douceur et les coûts sont moindres».

En effet, lors de la conférence de presse entourant la présentation de ce nouveau service et à laquelle assistaient une cinquantaine de représentants de complexe funéraire du Québec, Éric Le Sieur a déclaré que «les clients qui optent pour ce service peuvent faire jusqu'à 200$ d'économie».

Cela dit, l'avantage premier de ce nouveau service est qu'il est plus écologique, estime-t-il. À titre comparatif, la crémation traditionnelle émet jusqu'à 160 kg de CO2 alors que la bio-crémation n'émet qu'un kilogramme.

«L'aquamation fait que le corps n'est pas consommé par le feu, mais bien de manière délicate et écologique par l'élément le plus naturel : l'eau», explique-t-il.

Le corps est introduit dans un appareil et un procédé d'hydrolyse alcaline est intégré. Quelques heures plus tard, il ne reste que la totalité des os qui seront, par la suite, transformés en poussière.

Représentant au Québec

L'aquamation peut être réalisée par deux types de machine. L'une à basse pression où l'eau monte jusqu'à 98°C, et la seconde à haute pression où l'eau peut monter jusqu'à 151°C.

«La différence est le temps de décomposition. Dans une machine à basse pression, le processus peut prendre de 12h à 14h alors qu'avec une machine à haute pression ça prend 6h».  

Pour une machine à basse pression, le coût s'élève à 150 000$ alors que le prix grimpe à 220 000$ pour une machine à haute pression.

L'entreprise granbyenne est d'ailleurs chef de file en la matière. Toutes les entreprises funèbres de la province doivent passer par le Complexe Funéraire Le Sieur pour se doter d'un tel appareil, fabriqué aux États-Unis, ou pour de la sous-traitance.

Accueil favorable

C'est en feuilletant des magazines spécialisés en services funèbres qu'Éric Le Sieur a appris qu'un processus de ce genre existait.

«Disons que ça fait une quinzaine d'années que c'est instauré aux États-Unis, mais le coût était assez élevé. Après plusieurs années, le service est devenu plus abordable», assure-t-il.

Éric Le Sieur note que l'instauration de l'aquamation dans son complexe a débuté il y plus d'an.

Selon lui, ce processus est accueilli favorablement par ses clients. «Dans la dernière année, j'ai demandé à mes clients s'il aurait opté pour le service de bio-crémation plutôt que la crémation traditionnelle et 95% d'entre eux ont dit oui. Aussi, la plupart d'entre eux c'était pour la valeur écologique du service».  

Pour voir le processus, cliquez ici.