Des gens d'affaires de Granby intéressés au marché des États-Unis

Romy Quenneville-Girard romy.quenneville-girard@tc.tc
Publié le 29 novembre 2016

De gauche à droite : Derek Tremblay, directeur général de la CCHYR, Jean-Claude Lauzon, délégué général du Québec à New York et Marie-Claude Francoeur, déléguée du Québec à Boston.

©TC Media - Romy Quenneville-Girard

AFFAIRES. Une trentaine de gens d'affaires de la Haute-Yamaska ont assisté mardi à une conversation animée par des délégués du Québec aux États-Unis.

Cette rencontre qui s'est tenue à l'Hôtel Castel s'inscrit dans le cadre d'une tournée provinciale organisée par le ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation, par la Fédération des chambres de commerce du Québec et par les organismes hôtes et les chambres de commerce, dont celle de la Haute-Yamaska et Région.   

Jean-Claude Lauzon, délégué général du Québec à New York, et Marie-Claude Francoeur, déléguée du Québec à Boston, ont révélé aux gens d'affaires les règles d'or sur la façon de faire des affaires aux États-Unis, dont celle des trois «P», la présence, le produit et la perception. «Il faut être présent de façon constante dans un marché aussi important que celui des États-Unis[…]. Deuxième chose, […] en quoi le produit, ou le service, que vous offrez est unique […] ? Les Québécois ont des produits et des services extraordinaires et fantastiques alors on est en mesure d'offrir ça. La troisième chose est que vous allez être en affaires pour vrai et longtemps. Les Américains souhaitent avoir des partners qui sont solides et qui sont gagnants», a précisé M. Lauzon en entrevue avec les médias.

Le délégué général a prévenu les entreprises que sans une bonne gestion des trois critères, elles se mettent en difficulté aux États-Unis.

M. Lauzon a rappelé l'importance du marché américain. «C'est le plus grand marché de la planète. C'est 25% de l'économie du monde. C'est un marché riche qui achète de la qualité et qui paye ses factures, mais c'est un marché concurrentiel. Et au Québec, on a perdu un peu notre capacité à vendre à ce marché-là, mais là, on est en train de reprendre les parts de marché qu'on avait perdues».

Marie-Claude Francoeur a ajouté que les délégués étaient présents à Granby pour faire connaitre les nouvelles mesures de la Stratégie québécoise de l'exportation 2016-2020 qui vise à soutenir les PME de la province aux États-Unis ainsi que les services offerts par les délégations. «C'est aussi pour dire à tout le monde qu'on travaille ensemble», a-t-elle souligné.


Selon elle, la Nouvelle-Angleterre, dont fait partie le Vermont, est un marché profitable pour les entreprises d'ici.

Mise à jour
Des entreprises comme Vêtements SP, Armstrong Hunt, National Pneumatic, Granby Chevrolet, Prinoth et Topring étaient de la liste des participants à la rencontre de la Chambre de Commerce Haute-Yamaska et région (CCHYR).
 
Son directeur général, Derek Tremblay, croit que ce qui est surtout profitable pour les entreprises d'ici «est de se mettre à jour sur les informations en lien avec l'exportation et les relations avec les États-Unis».

Il a expliqué que la rencontre allait également permettre aux gens d'affaires de développer des relations. «Si des gens se posaient des questions pour améliorer leur relation avec les États-Unis, bien les personnes ressources étaient présentes aujourd'hui. Justement, il y a des échanges de cartes d'affaires», a-t-il relevé.
 
La tournée se poursuit jusqu'à vendredi. Mardi soir, les délégués seront au Caffuccino de la rue King Est à Sherbrooke. Mercredi, ils seront à Saint-Georges-de-Beauce et à Saint-Apollinaire.