Sections

Commerce tourisme Granby_région en mode réflexion

Ferme Héritage Miner


Publié le 10 juillet 2017

La Ferme Héritage Miner sera opérée par Commerce Tourisme Granby_région jusqu'en mai 2018.

©TC Media - Archives

ÉCONOMIE. Depuis quelques semaines, c'est l'équipe de Commerce Tourisme Granby_région (CTGR) qui s'occupe du volet administratif de la Ferme Héritage Miner (FHM). L'ancien conseil d'administration de la ferme écotouristique a été dissous le mois dernier.

Rappelons qu'il y a quelques mois, la Ville de Granby avait donné à l'organisation économique et touristique le mandat d'amorcer une réflexion permettant de mettre de l'avant des pistes de solution pour l'avenir de la Ferme Héritage Miner.

Le camp d'été anglophone aura lieu comme prévu. Les réservations sont respectées. Bref, le côté opérationnel se poursuit.

Sylvain Gervais, directeur général de Commerce Tourisme Granby_région

«Nous avons un mandat jusqu'en mai 2018 avec les autorités municipales. Comme organisation, nous sommes appelés à faire de l'analyse et de l'orientation sur le plan stratégique. Dans quel axe on peut se diriger avec la Ferme? C'est la question qu'on doit se poser. D'ici le mois de mai, on doit déposer un projet à la Ville», commente le directeur général de Commerce Tourisme Granby _région, Sylvain Gervais.

D'ici le printemps prochain, CTGR désire garder l'entité propre de la ferme. D'ailleurs, les ententes qui étaient prévues pour la saison estivale sont honorées.  «On est en mode cueillette d'info. Nous sommes allés à la rencontre des porteurs de la ferme afin d'échanger avec ces gens-là. Nous voulons prendre connaissance de l'ensemble du dossier avant de poser un diagnostic», ajoute-t-il.

Afin d'amener la réflexion à un autre niveau, Commerce Tourisme Granby_région compte regarder ce qui se fait ailleurs. «On veut s'alimenter pour commencer à établir certaines pistes qu'on pourrait offrir à l'administration municipale. Avec nos yeux de tourisme, regardons ce qui se fait ailleurs et si on peut sélectionner des alternatives, allons-y», conclut M. Gervais.