Sections

Le maire Pascal Russell multipliera les rencontres

Fermeture d'un CHSLD à Waterloo


Publié le 12 juillet 2017

Le maire de Waterloo, Pascal Russell.

©TC Media - Archives

MUNICIPAL. L'annonce de la fermeture du CHSLD Horace-Boivin à Waterloo a eu des échos lors de la dernière séance du conseil municipal de la municipalité. Lors d'une allocution, le maire Pascal Russell, a tendu la main à ses citoyens afin de se mobiliser pour maintenir ce service. 
 

«Je n'ai rien contre l'idée que Granby souhaite avoir un édifice avec une centaine de lits. Ce qui nous importe, c'est qu'à Waterloo, on veut conserver nos services. Les gens aiment leur environnement. C'est beau et c'est paisible ici. Il y a une saveur humaine avant tout», a expliqué le premier magistrat au terme de la séance du conseil  municipal.

On espère avoir une écoute. Qui ne dit rien consent.

Pascal Russell, maire de Waterloo

Jusqu'à présent, des citoyens se sont mobilisés afin de conserver leur CHSLD dans leur localité. Cette semaine, des municipalités environnantes à Waterloo ont approuvé des résolutions qui demandent au CIUSSS de l'Estrie – CHUS de garder les services en sol waterlois.

«On touche à des gens ici. Lorsqu'on change la routine de ces gens-là, ça amène des impacts dans les vies de plusieurs personnes», ajoute-t-il.

Le maire de Waterloo souhaite obtenir des réponses à ses questions. Il désire aussi mettre la main sur une étude de la Société immobilière du Québec.

«Je veux avoir le constat de cette étude du bâtiment. Quels sont les coûts? Quelles sont les réparations à effectuer? Si jamais on devait être pris avec l'édifice, que peut-on faire? J'ai besoin de ces documents afin de possiblement mettre en place un comité de relance», laisse entendre l'élu.

Une rencontre entre le maire de Waterloo et un responsable du CIUSSS de l'Estrie – CHUS est prévue le 24 juillet prochain. «Je n'ai rien contre les gens du CIUSSS, mais de déménager des gens, c'est non. Je n'achète pas ça et pas question de faire passer la pilule à mes citoyens», conclut Pascal Russell.