Sections

Le plus gros feu d'artifice au Canada signé Royal Pyrotechnie


Publié le 14 juillet 2017

Royal Pyrotechnie offrira une prestation pyrotechnique d'une durée de 24 minutes composée de plus de 400 bombes.

©Gracieuseté-Royal Pyrotechnie

SPECTACLE. Les soirées de feu d'artifice font partie de la routine des artisans de Royal Pyrotechnie, de Saint-Pie. Mais dans 48 heures, l'adrénaline sera dans le tapis pour 15 artificiers de l'entreprise et avec raison. Ils feront exploser le plus grand feu d'artifice au Canada dans le cadre du Karnival on the kam présenté au Parc historique du Fort William.

Un bombardement d'explosions aux milles couleurs embellira le ciel de Thunder Bay ce vendredi 21 juillet à l'occasion du 150e anniversaire de l'Ontario et du Canada. Une prestation pyrotechnique d'une durée de 24 minutes composée de plus de 400 bombes. Une grosse soirée en vue.

«Ça va devenir le plus gros feu d'artifice jamais fait au Canada en termes d'explosifs. Le 1er juillet, à la fête du Canada, le feu d'artifice était gros. Le 21 juillet, il va être encore plus impressionnant», assure Alain Bouthillier, responsable de projets chez Royal Pyrotechnie.

Comment la PME québécoise a-t-elle obtenu l'important mandat d'animer le ciel ontarien?

«Un appel d'offres a été lancé par le gouvernement de l'Ontario. On avait la meilleure offre et les meilleures compétences pour faire le spectacle», explique M. Bouthillier.

Dans sa proposition, Royal Pyrotechnie a fait preuve d'imagination en présentant divers scénarios pyrotechniques à son client ontarien.

«On leur a fait plusieurs propositions pour un feu avec ou sans bande sonore. On a été les seuls à leur proposer une histoire en cinq actes», affirme le porte-parole de l'entreprise. Selon Alain Bouthillier, les rencontres de travail avec les organisateurs et les essais de tir dans le ciel sur le site du Fort William ont été profitables pour l'orchestration de cette soirée explosive. «C'est tout ça qui a fait que la chimie a connecté.»

Et l'aventure à Thunder Bay n'avait rien de banal. Le projet devait être réalisé alors que Royal Pyrotechnie courait aux quatre coins de la belle province pour présenter les feux du 23 et 24 juin et du 1er juillet. «Rouler en parallèle ces projets-là, ça demande une organisation solide», avoue M. Bouthillier.

Un spectacle, une histoire

À la nuit tombée, la magie s'emparera du ciel avec le lancement du spectacle pyrotechnique musical qui racontera en sons et en explosions lumineuses l'histoire du Fort William jadis l'un des plus importants centres de traite des fourrures au pays.

«Ils (concepteurs) ont passé des tonnes d'heures sur la conception. On parle de 150 heures pour la trame sonore et le design des explosions et je suis certain qu`à un certain moment, ils ont arrêté de les compter (les heures)», mentionne en riant Alain Bouthillier.

Depuis vendredi dernier (14 juillet), l'équipe de Royal Pyrotechnie s'affaire à mettre la dernière touche au site de lancement. Un grand terrain de jeu de 450 mètres de long par 400 mètres de large, selon M. Bouthillier. «On va tirer (des bombes) sur trois zones. Les gens vont sentir à un certain moment que les explosions vont être près d'eux.»

Comme la soirée s'annonce fertile avec d'innombrables pétarades à près de 1200 pieds d'altitude, Royal Pyrotechnie et le Parc historique ont d'ailleurs dû obtenir une autorisation d'interdiction de vol (avions) pour la région de Thunder Bay en vue du spectacle.

Et en cas de pluie le 21 juillet? Royal Pyrotechnie pourra se reprendre le lendemain ou le surlendemain.

Une horde de travailleurs de Royal Pyrotechnie ont mis la main à la pâte pour préparer le plus gros feu d'artifice jamais au pays. Une quinzaine d'entre eux quittent aujourd'hui pour Thunder Bay pour mettre la dernière touche au spectacle.

©Gracieuseté-Royal Pyrotechnie