Sections

La Ville de Bromont s’entend avec ses policiers

Nouvelle convention collective de sept ans


Publié le 10 août 2017

Le nouveau contrat de travail des policiers et policières de Bromont est rétroactif à 2014.

©TC Media - Archives

TRAVAIL. La Ville de Bromont et le syndicat des policiers en sont venus à une entente au terme de 18 rencontres de négociation réparties sur une période approximative d’un an.

«Il s’agissait de la dernière convention collective encore en suspens. Tous les employés de la Municipalité sont maintenant sous contrat», précise Catherine Page, responsable des communications à la Ville de Bromont.

La nouvelle entente, d’une durée de sept ans, est rétroactive au 1<V>er<V> janvier 2014 et prendra fin le 31 décembre 2020.

Horaire de travail

Selon Mme Page, le nouveau contrat de travail répond à la principale demande de la partie syndicale en accordant aux policiers dix week-ends de congé additionnels par année.

«Le réaménagement des heures de travail des policiers a notamment été rendu possible grâce à l’embauche de deux policiers à horaire variable(…) et tout ça s’est fait à coût nul», signale Mme Page.

Le vice-président du syndicat des policiers de Bromont, Mathieu Lacroix, explique que les syndiqués travaillent actuellement trois week-ends par cycle de cinq semaines à raison de neuf heures par jour. Ils bénéficient par ailleurs de deux fins de semaine de congé par période de 35 jours.

En vertu de la nouvelle convention collective, les policiers travailleront deux week-ends et seront en congé trois fins de semaine par période de 35 jours. Leur quart de travail passera cependant de neuf à douze heures.

«Ce nouvel horaire va contribuer à améliorer la qualité de vie de nos membres», affirme M. Lacroix.

Conditions salariales

Les 28 policiers syndiqués – 17 permanents et 11 surnuméraires – bénéficieront par ailleurs d’une augmentation de salaire de 17,5 % sur sept ans.

«La convention leur accorde une hausse salariale moyenne de 2,5 % par année. Il s’agit de conditions similaires à celles des autres corps policiers municipaux de même taille», précise la responsable des communications de la Ville de Bromont.

Le vice-président du syndicat des policiers confirme les dires de Mme Page au sujet du traitement accordé aux policiers par les administrations municipales de même importance.