Sections

Place Windsor à Bromont: les coupes d’arbres interrompues


Publié le 10 août 2017

L’aménagement de nouveaux trottoirs reliant les maisons de ville de la Place Windsor a débuté en juin.

©Gracieuseté Isabelle Marissal

AFFAIRES MUNICIPALES. Nouveau rebondissement dans la croisade de deux citoyennes s’opposant à l’abattage des arbres de la Place Windsor, à Bromont : les travaux sont suspendus par la Ville, qui veut évaluer si d’autres avenues pourraient être empruntées.

Les résidents de la Place Windsor veulent que cesse la coupe d’arbres et d’arbustes sur le site et ont l’appui de nombreux voisins qui ont l’habitude d’y affluer.
Gracieuseté Isabelle Marissal

Par Roxanne Langlois 

Aya Leclerc et Liette Archambault ont officiellement déposé, le 7 août dernier, deux pétitions au conseil municipal. La première comprenait les signatures de 44 des 46 résidents de l’endroit tandis que la deuxième compilait celles d’une trentaine de voisins.

Les signataires y réclamaient entre autres l’arrêt des travaux de réfection débutés en juin. Visant notamment la réfection des allées piétonnières reliant les maisonnettes de la rue de Windsor, ceux-ci auraient déjà significativement modifié le paysage.

En effet, selon les deux instigatrices du mouvement, plusieurs arbres, dont au moins cinq en parfaite santé, ainsi que de nombreux arbustes seraient déjà tombés sous la hache. Ces spécimens avaient été plantés il y a une vingtaine d’années à l’initiative des locataires, et ce avec l’aide de leurs enfants. Ils cherchaient ainsi à ajouter de la vie sur le terrain de ces habitations à loyer modique (HLM) habitées par une quarantaine de familles au total.

Mesdames Leclerc et Archambault défendent que le plan de match initial prévu par l’Office municipal de l’habitation (OMH) et discuté verbalement à la fin mai  n’a pas été respecté. Selon elles, certains arbres auraient aussi été coupés sans l’aval de la Ville.

La Ville s’en mêle 

Le directeur général Éric Sévigny, l’inspecteur municipal Benoît Rémy et la conseillère Diane Perron se sont rendus sur place le 8 août. Résultat : le permis octroyé par la Ville pour la réalisation des travaux est suspendu jusqu’à ce qu’une rencontre ait lieu, au courant de la semaine prochaine, avec la directrice de l’OMH, Sylvie Lafontaine.

«À la lumière du point de vue des gens qui vivent là depuis très longtemps, est-ce que les travaux pourraient être faits de façon à préserver le milieu et avec une préoccupation environnementale, tout en améliorant l’accès à des fins de sécurité? C’est ce qu’on veut évaluer», explique la mairesse, Pauline Quinlan.

Le moment exact du rendez-vous n’est pas précisé.