Sections

Des Bromontoises poursuivent leur croisade

Abattage d’arbres à la Place Windsor


Publié le 8 août 2017

Aya Leclerc, qui réside depuis 26 ans à la Place Windsor, est non seulement attristée de voir anéanti tout le travail visant à embellir son milieu, mais déplore également la perte d’importants points d’ombre.

©TC Media – Roxanne Langlois

BROMONT. Des locataires et voisins de la Place Windsor, regroupant des habitations à loyer modique (HLM) à Bromont, n’entendent pas lâcher le morceau suite à l’abattage de plusieurs arbres enracinés sur le site. 

Par Roxanne Langlois 

Deux citoyennes y demeurant, Liette Archambault et Aya Leclerc, ont officiellement déposé au conseil municipal, lundi soir, deux pétitions lancées à la mi-juin. La quasi-totalité des résidents a signé la première alors qu’une trentaine de membres du voisinage ont fait de même sur la seconde.

Les instigatrices décrient notamment l’abattage abusif de plusieurs arbres, dont au moins cinq matures en parfaite santé, ainsi que de nombreux arbustes. La végétation, poussant trop près des bâtiments, a été déracinée afin de mener à bien des travaux de réfection des allées piétonnières menant aux maisons de ville de la rue de Windsor. La correction d’une pente située entre l’immeuble à logements de l’Office municipal d’habitation (OMH) et ces maisonnettes a aussi conduit à la coupe de certains spécimens. Le remplacement de terrasses par des dalles de béton sur la rue de Laviolette devrait par ailleurs en entraîner d’autres cet automne.

Une affiche annonce la place Windsor, située sur la rue du même nom, à Bromont.
TC Media - Roxanne Langlois

Un débat loin d’être clos 
Aya Leclerc, qui réside depuis 26 ans à la Place Windsor et y a élevé ses enfants, a contribué à planter plusieurs de ces arbres, dont des érables japonais et des amélanchiers. Ayant en vain revendiqué auprès de l’OMH une modification des plans des travaux, elle estime que plusieurs arbres auraient pu être épargnés. Elle évoque d’ailleurs que le plan de match initial n’a pas été respecté par l’organisme à but non lucratif. Mme Leclerc est non seulement attristée de voir anéanti tout le travail visant à embellir son milieu, mais déplore également la perte d’importants points d’ombre.

De plus, elle est d’avis que ce saccage est bien loin de contribuer à améliorer l’image des locataires. Elle craint en effet que ce qu’elle appelle le «style HLM» gagne les lieux, où affluaient pourtant les gens des environs. «Est-ce qu’on a besoin d’être identifiés? On a déjà une pancarte!»

Pour la citoyenne, pas question d’en rester là: «On veut aller plus loin encore, aller jusqu’au ministère. […] On a aussi l’appui de la Fédération des locataires HLM du Québec». Les signataires de la pétition revendiquent par ailleurs que la directrice actuelle de l’OMH, Sylvie Lafontaine, se retire du dossier.

C’est entre autres la réfection d’allées piétonnières reliant les maisons de ville qui a entraîné la coupe de plusieurs arbres.
TC Media - Roxanne Langlois

Communication à améliorer 
La mairesse de Bromont atteste de la réelle nécessité de procéder aux travaux en cause. Ayant aussi entendu les doléances des citoyens concernés, Pauline Quinlan promet de suivre le dossier de près.

Cette dernière souhaite d’ailleurs que la Ville facilite la communication entre les parties afin qu’un terrain d’entente soit trouvé. «C’est sûr que c’est un peu plus compliqué de faire des travaux lorsqu’il y a des arbres matures. Est-ce qu’il y a moyen de trouver une façon de les faire en conservant les arbres?» se questionne l’élue.

Environ 40 familles résident à la Place Windsor.