Sections

Yves Bélanger mise sur l'engagement citoyen

Candidat à la mairie de Granby


Publié le 11 septembre 2017

Yves Bélanger a fait connaître son intention de briguer la mairie le 12 mai dernier.

©(Photo: TC Media-Roxanne Langlois)

MUNICIPAL.Les citoyens de Granby ne se sentent pas toujours pris au sérieux et écoutés. C'est le constat que dresse l'aspirant maire Yves Bélanger, qui souhaite, s'il est élu, renverser la vapeur en misant sur l'engagement citoyen.

Rendre accessible un budget participatif de 100 000 $ pour la réalisation de projets mis de l'avant par les résidents, faire de Granby une ville inclusive grâce à une politique d'intégration destinée aux nouveaux arrivants, issus ou non de l'immigration et permettre aux citoyens de choisir certains aménagements locaux via des assemblées de quartier: voilà quelques cibles de la plate-forme du candidat, dévoilées lundi.

Pas assez de débats

Le psychoéducateur de métier souhaite également redonner une place à la population granbyenne dans le développement de sa ville. C'est en métamorphosant le traditionnel <I>Samedi matin du maire<I> en <I>Samedi matin des citoyens<I> qu'il compte notamment y parvenir.

On ne parle pas, selon lui, d'un simple changement d'appellation: ces rendez-vous constitueraient une réelle plate-forme de discussion permettant à tous de se faire entendre : «Dans ma perception actuelle, les <I>Samedis matins du maire<I> servent surtout à défendre, expliquer et argumenter sur les décisions prises. Ce que je veux faire, c'est que lorsqu'il y a un dossier qui se met en place à la Ville,[…] qu'on puisse l'enrichir avec les citoyens».

Yves Bélanger ajoute qu'il n'y a pas assez de débats à Granby. «C'est comme si on avait peur du point de vue de l'autre[…]», avance-t-il. Avouant que les mêmes visages forment souvent l'assistance des conseils municipaux, le politicien veut rejoindre «monsieur et madame Tout-le-monde» et inclure le plus de citoyens possible dans les discussions.

«Un cran plus loin»

N'hésitant pas à admettre que l'administration actuelle a fait de bons coups, par exemple sa consultation sur les poules urbaines, le candidat veut amener la participation citoyenne «un cran plus loin». «Je veux qu'on évite de revivre des événements comme la résistance qu'on a vue du groupe de citoyens de la rue Léger, qui a appris le projet (d'aménagement d'une piste multifonctionnelle)de façon un peu cavalière», fait valoir celui qui souhaite succéder au maire Pascal Bonin.

Voulant «inverser la machine» et miser sur l'adhésion, il cite également l'exemple de la nouvelle image de Granby, une démarche dans laquelle les citoyens n'ont pas été, à son avis, suffisamment impliqués.

S'appuyant sur l'adage que «Seul on va plus vite, mais ensemble on va plus loin», il ne craint pas la «surconsultation»: «Je ne pense pas […] qu'à travailler davantage avec les gens, on perd du temps».

Deux autres cibles, l'environnement et l'entrepreneuriat, composent la plate-forme du candidat Bélanger. Celles-ci seront étayées au cours des prochaines semaines.