Sections

Congestion majeure autour du Zoo: les acteurs concernés se mettent en mode solution


Publié le 6 septembre 2017

Traditionnellement, le deuxième mercredi des vacances de la construction est connu comme la journée la plus achalandée de l'année au Zoo de Granby.

©TC Media-archives

TRANSPORT. S'il n'existe pas de solution miracle à court terme pour entièrement régler l'importante congestion routière générée autour du Zoo lors des périodes de pointe, le maire de Granby, Pascal Bonin, assure que la Ville compte à très court terme se pencher sur la question.

La situation n'a rien de nouveau. Or, elle s'est particulièrement fait sentir cet été dans le périmètre du jardin zoologique lors des plus grosses journées de fréquentation. Le cap des 17 000 à 19 000 visiteurs aurait été atteint de sept à dix fois au cours de la saison touristique, une affluence qui n'est pas sans conséquence pour le voisinage de l'institution.

Des embouteillages monstres ont d'ailleurs été observés jusque sur l'autoroute 10, en plus du trafic plus courant de plusieurs kilomètres sur la route 139. Les rues voisines du site ont également écopé, alors que la circulation pouvait y être pénible.

Des réunions à venir
Interpellé par une citoyenne décriant précisément la dangerosité des déplacements dans le secteur dû aux stationnements des touristes sur les accotements, le maire Bonin a fait savoir qu'une première réunion aura lieu au cours des prochains jours entre le service d'urbanisme de la Ville et la police de Granby. Ce «débriefing» sera l'occasion de faire le point sur les événements vécus au cours des dernières semaines. D'autres réunions suivront ensuite.

«Après, le Zoo va embarquer avec nous. Aussi, on va aller voir les commerçants et les citoyens qui ont été les plus touchés […].», ajoute Pascal Bonin, qui admet qu'il est impératif d'aller chercher de l'aide, par exemple du ministère des Transports.
Selon lui, toutes les instances concernées doivent se pencher ensemble sur le problème pour tenter d'améliorer le portrait actuel, et ce, avant l'été prochain. «Penser régler toute la problématique de l'autoroute 10 jusqu'au Zoo en un seul hiver, ça n'arrivera pas. Il faut se dire les vraies choses. Mais on va essayer de faire des améliorations […].».

Un problème complexe
Ce «casse-tête» découle d'un tout nouveau phénomène, note l'élu. Le fait que les visiteurs, guidés par diverses applications et leur GPS, affluent de différentes directions afin d'éviter la congestion vient brouiller les cartes. «Même les autobus des <I>parking<I> alternatifs sont pris dans les embouteillages», explique le maire, qui juge qu'un «plan global» est plus que nécessaire.

À son avis, la circulation dite traditionnelle s'est métamorphosée excessivement vite. «Nous, les instances, on n'a pas bougé assez rapidement» admet-il. Riposter avec un outil technologique facilitant les déplacements pourrait selon lui s'avérer une piste intéressante.

Des choses «jamais vues»
Si plusieurs villes rêveraient de se retrouver avec un si «beau problème» sur les bras dû à l'immense popularité de l'un de leurs attraits touristiques, il n'en reste pas moins que celui-ci génère aussi son lot de désagréments. Selon le maire, des cas d'incivilité «jamais vus avant» ont été aperçus en 2017:

«Les gens débarquaient (de leur voiture) ou ouvraient la porte, jetaient des couches ou allaient pisser dans les haies. […]. C'est sûr que les citoyens veulent être gentils, mais il y a une limite».

Traditionnellement, le deuxième mercredi des vacances de la construction est connu comme la journée la plus achalandée de l'année au Zoo de Granby.
 

Une citoyenne, Sylvie Côté, déplore que les touristes se stationnent sur les deux accotements des rues avoisinants le Zoo, rendant dangereux les déplacements. Ce n'est pas la première fois qu'elle interpelle le conseil municipal à ce sujet.

©TC Media-Roxanne Langlois