Sections

Granby: le district 10 dans la mire de Marie-Hélène Apollon


Publié le 21 septembre 2017

Marie-Hélène Apollon.

©TC Media-Éric Patenaude

MUNICIPALES. Le siège du district 10 à Granby suscite la convoitise. Ils sont nombreux à vouloir succéder au conseiller Michel Mailhot qui quitte la scène politique après 20 ans d'implication. Après les André Plouffe, Catherine Baudin et Patrick Girard, c'est au tour de Marie-Hélène Apollon  de s'inviter dans le débat électoral.

Citoyenne engagée dans sa communauté et interpellée par la politique municipale, la jeune femme de 34 ans fait le saut malgré la présence de trois autres adversaires. Aux dires de la candidate, le timing est bon pour vivre une campagne électorale. Bien qu'elle donnera naissance à un deuxième enfant en décembre prochain, Marie-Hélène Apollon se sent disposée à vivre une lutte à quatre.

Je trouve que ma génération reprend sa place dans la ville.

Marie-Hélène Apollon

«On a des profils différents l'un de l'autre. Ça sera aux citoyens de choisir», affirme tout bonnement la candidate.

Native de Granby et résidente du district 9, Marie-Hélène Apollon avoue avoir un coup de cœur pour le district 10 qu'elle parcourt de long en large depuis plusieurs années. «Dans ma vie de tous les jours, je suis dans le 10», avoue celle qui œuvre auprès d'un regroupement de défense des droits et des responsabilités de la personne.

Trois priorités
Au fil des prochaines semaines, Marie-Hélène Apollon s'attardera à rencontrer les citoyens des secteurs du centre-ville, de la Haute-Ville et du lac Boivin qui composent le district 10. Elle entend d'ailleurs leur présenter ses trois priorités pour cette campagne électorale, soit la fluidité de la circulation (Pont de la gare et pont Patrick-Hackett) et la sécurisation de certaines artères, le développement du centre-ville et l'environnement.

Marie-Hélène Apollon est très consciente qu'une élection à quatre se veut tout un défi. Bien au fait du contexte, la trentenaire se dit fin prête à jouer le tout pour le tout sur le terrain afin de convaincre l'électorat. «Je n'ai rien à perdre», a dit la candidate en toute franchise.