Investissements chez GE Aviation: une annonce pour des emplois du futur


Publié le 9 février 2017

Le premier ministre Philippe Couillard et la ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation Dominique Anglade, étaient de passage aux installations de GE Aviation à Bromont en avant-midi jeudi pour annoncer une aide financière de 12 M$.

©TC Media - Ghyslain Forcier

AFFAIRES. Les installations de Bromont de GE Aviation s'ouvrent un peu plus à l'innovation et à l'automatisation, à la suite d'investissements de 238 M$, incluant une aide non remboursable de 12 M$ de Québec, annoncée jeudi matin.

Le fabricant de pièces de moteurs d'avion, qui embauche 830 personnes à Bromont, entend répartir ces investissements en trois phases au cours des cinq prochaines années. La première implique l'achat d'équipements permettant de produire des composantes de moteurs de nouvelle génération, notamment ceux qui se retrouve sur les Boeing 737 MAX, les Comac C919 et l'Airbus A320neo.        

L'automatisation des procédés de fabrication et de réparation de moteurs d'avion fait aussi partie des préoccupations.

L'amélioration d'un laboratoire analysant les vibrations figure également dans les plans de l'entreprise.

C'est la consolidation d'une usine extraordinaire implantée ici depuis 1982. Ça signifie aussi le maintien d'emplois actuels et l'arrivée de nouveaux employés. C'est une grande richesse pour Bromont et la région. La mairesse de Bromont Pauline Quinlan

Le soutien financier du gouvernement québécois s'inscrit dans le cadre de la Stratégie québécoise de l'aérospatiale 2016-2026, qui se traduit entre autres par une enveloppe de 510 M$, et dont les retombées sont évaluées à 3 G$. 

«Nous avons des défis à relever dans le secteur aérospatial, avec la révolution technologique en cours, rappelait le premier ministre Philippe Couillard. Il faut constamment innover, constamment améliorer les processus, et c'est pourquoi le gouvernement vous soutient aujourd'hui», a-t-il laissé savoir aux nombreux employés présents lors de l'annonce.

«La raison pour laquelle l'entreprise a fait ce choix [d'investir], oui c'est le contexte économique, mais c'est d'abord et avant tout pour la qualité du travail et la productivité de ce qui se fait ici», a-t-il ajouté. Elyse Allan, présidente et chef de la direction de GE Canada, la société mère de GE Aviation, abondait dans le même sens. «Les installations de Bromont représentent le futur du manufacturier, qui allient technologies de production et technologies numériques. GE Bromont continue d'être un modèle, que j'appelle “l'étoile la plus brillante de la constellation GE”.»

La ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation Dominique Anglade insistait pour sa part sur le renforcement du volet manufacturier innovant. «C'est un bel exemple de modernisation de nos entreprises, de modernisation de nos usines, qui nous permettra d'aller chercher de nouvelles parts de marché et de continuer à croître avec le savoir-faire québécois, qui est notre plus grande force.

Cette annonce vient non seulement créer une centaine de nouveaux emplois, mais en préserve également 200 autres, estime-t-on.

«C'est la consolidation d'une usine extraordinaire implantée ici depuis 1982, laissait entendre la mairesse de Bromont Pauline Quinlan au terme du point de presse. Ça signifie aussi le maintien d'emplois actuels et l'arrivée de nouveaux employés. C'est une grande richesse pour Bromont et la région.» 

Un avion sur deux

Alain Ouellette, directeur des opérations, n'a pas manqué de souligner la contribution globale des installations bromontoises. «Où que vous soyez dans le monde, peu importe le continent ou le pays, un avion sur deux aperçu dans le ciel possède des pièces qui proviennent de l'usine de Bromont. C'est une statistique pour laquelle nous sommes très fiers.»