Sections

Assiduité des élus de Granby: la note parfaite au conseiller Duchesneau

Publié le 4 octobre 2017

«Je n'ai pas vraiment de mérite. Je me dis que je suis censé être là, donc je suis là. Ça fait partie du dévouement», explique M. Duchesneau.

©(Photo: TC Media-Roxanne Langlois)

MUNICIPAL. Au moment où le conseil municipal de Granby vient tout juste d'achever son mandat, votre hebdomadaire s'est prêté au jeu de compiler les présences des élus, histoire de voir lesquels ont le plus fait preuve d'assiduité lors des réunions régulières des quatre dernières années. Le gagnant? Sans contredit Éric Duchesneau.

Le conseil municipal de Granby, réuni officiellement pour la dernière fois lundi soir.
(Photo: TC Media-Roxanne Langlois)

Pas moins de 61 séances publiques se sont tenues entre l'élection générale du 3 novembre 2013 et le 2 octobre 2017 inclusivement. Après avoir épluché l'entièreté des procès-verbaux de ces dernières, il s'avère que le conseiller municipal du district huit décroche la note parfaite. Son siège n'a pas été vide une seule fois en quatre ans.

Celui qui est copropriétaire du commerce Ordi-Plus savait très bien qu'il n'avait pas manqué une seule réunion publique lorsque le Granby Express l'a contacté à ce sujet. Rien de plus normal pour celui qui aime endosser ses fonctions de conseiller et qui a aménagé son horaire en fonction du calendrier municipal. «Je n'ai pas vraiment de mérite. Je me dis que je suis censé être là, donc je suis là. Ça fait partie du dévouement», explique M. Duchesneau, ajoutant qu'il a eu la chance de ne pas avoir à conjuguer avec la maladie ou la perte d'un proche, par exemple.

Par ailleurs, le conseiller avance n'avoir manqué qu'une seule réunion extraordinaire puisqu'il devait au même moment transporter ses enfants à l'école. «Ce matin-là, la réunion avait été très courte et c'était déjà fini quand je suis arrivé», se souvient-il.

Notons que Jean-Luc Nappert (district deux) et Jocelyn Dupuis du siège numéro quatre terminent ex aequo à la deuxième place, n'ayant raté, selon nos calculs, qu'une seule réunion publique chacun depuis leur élection, en 2013.

Le maire Pascal Bonin a manqué sept séances régulières en quatre ans.
(Photo: TC Media-Roxanne Langlois)

Enfin, sur la troisième marche du podium se retrouvent les conseillères Julie Bourdon (district trois) et Denyse Tremblay (district six), qui se sont quant à elles absentées à une seule occasion chacune. Le calcul diffère toutefois, puisqu'elles ont été élues en cours de mandat lors d'élections partielles visant à remplacer respectivement les conseillers démissionnaires Pierre Breton (20 décembre 2015) et Serges Ruel (31 janvier 2016).

Une bonne moyenne et un exercice délicat

Des élus toujours en poste à la fin du mandat, tous obtiennent un score égal ou supérieur à 88,5 %, l'élu fermant la marche étant le maire sortant, Pascal Bonin. Celui-ci a d'ailleurs réagi positivement au bilan dressé par le Granby Express. «Personne n'a en bas de 80 %. Si on était des étudiants, je pense qu'on serait tous contents. Honnêtement, je trouve ça vraiment bon».

Celui-ci qualifie toutefois l'exercice de «dangereux» et estime qu'il ne faut pas entièrement prendre ces statistiques au pied de la lettre, le travail d'un conseiller ne se limitant pas à faire acte de présence lors des séances publiques.

«Pour moi, c'est la pointe de l'iceberg, parce que pour faire une séance publique, tu vas peut-être devoir faire une ou deux préparatoires et avant ça, deux, trois ou quatre comités. Alors ta publique, elle équivaut peut-être à cinq, six ou sept réunions», ajoute-t-il, faisant valoir que l'absentéisme était aussi rare lors de ces rencontres. «Il ne s'en manque presque jamais», défend l'élu. De plus, il précise qu'une statistique demeurera toujours cachée, soit «la réponse aux citoyens».

Quant à son propre bulletin, le maire avoue avoir manqué quelques rencontres : l'une pour des vacances et les autres parce qu'il était à l'extérieur dans le cadre de ses fonctions. Son taux de présence ne reflèterait donc que la réalité de l'emploi du temps d'un premier magistrat. «Si tu es maire d'une grande ville et que tu as 100 %, c'est parce que vraiment, tu restes chez vous», clame-t-il, expliquant qu'il s'est déplacé à l'étranger «plus souvent qu'autrement». Pascal Bonin ajoute qu'un maire qui ne s'accorde pas une pause «va mourir sur sa chaise», cumulant parfois 70 heures de travail par semaine.

Les réunions extraordinaires étant souvent annoncées à la dernière minute et se tenant dans certains cas le jour au moment où certains conseillers sont susceptibles de travailler, le <I>Granby Express<I> les a volontairement exclues. Les réunions préparatoires, pour lesquelles il n'a pas été possible d'obtenir à temps les procès-verbaux, n'ont pas non plus été compilées. 

Nombre d'absences et pourcentage des présences
Éric Duchesneau, conseiller du district 8: 0/100 %
Jean-Luc Nappert, conseiller du district 2: 1/98,3 %
Jocelyn Dupuis, conseiller du district 4: 1/98,3 %
Julie Bourdon, conseillère du district 3: 1/96,4 %*
Denyse Tremblay, conseillère du district 6: 1/96,2 %*
Joël Desmarais, conseiller du district 5: 3/95 %
Robert Vincent, conseiller du district 9: 3/95 %
Robert Riel, conseiller du district 7: 3/95 %
Stéphane Giard, conseiller du district 1: 5/91,8 %
Michel Mailhot, conseiller du district 10: 6/90 %
Pascal Bonin, maire sortant: 7/88,5 %
Pierre Breton, ex-conseiller du district 3: 5/81,4 %*
Serges Ruel, ex-conseiller du district 6: 6/80,6 %*

*Ces élus ont quitté la politique municipale ou sont arrivés à la table du conseil au cours du dernier mandat.