Sections

Les citoyens de Waterloo saluent leurs élus


Publié le 4 octobre 2017

Le maire des douze dernières années, Pascal Russell, est photographié en compagnie de sa conjointe Andrée ainsi que leur fils Jordan.

©(Photo: TC Media-Roxanne Langlois)

MUNICIPAL. La toute dernière séance régulière du conseil municipal de Waterloo a été le théâtre d'une scène peu commune mardi soir, alors que la soirée s'est transformée en «fête de départ» dédiée aux élus, qui, majoritairement, profiteront des prochaines élections municipales pour passer le flambeau.

Citoyens et proches des élus sortants se sont massés dans la salle du conseil afin de souligner en grand leur départ.
(Photo: TC Media-Roxanne Langlois)

Une soixantaine de personnes s'entassaient dans la salle du conseil, une situation à laquelle le maire sortant, Pascal Russell, est loin d'avoir été habitué en douze ans de service. «C'est la deuxième plus grosse salle que j'ai vue. La dernière fois, c'était lors de la saga des chats (en 2006). J'avais dû mettre fin à la séance parce que c'était devenu très émotif et les chaises revolaient […]. Le directeur du temps était parti en courant pour sortir de la salle», a rappelé d'entrée de jeu le premier magistrat, une intervention qui a déclenché les rires.

Une bonne dose d'amour

À l'initiative de la conjointe de M. Russell, Andrée Dufresne, et des proches des autres élus, une distribution de fleurs, un buffet froid et de très nombreuses accolades attendaient les élus suite à la séance: un <I>cocktail<I> peu commun dans l'univers municipal. «Je pense que ce soir vous pouvez constater l'ampleur de l'amour que les gens ont pour vous», a-t-elle lancé. Il faut dire que six des sept élus en place, dont le maire lui-même, ont choisi de ne pas briguer de nouveau mandat; des visages bien connus feront donc inévitablement place à la relève le 5 novembre prochain.

Le dernier des Mohicans

La seule personne sollicitant de nouveau la confiance des Waterlois est le conseiller du district quatre en poste depuis trois mandats consécutifs, Paul-Éloi Dufresne. Ce dernier, qui a déjà douze ans de politique à son actif, se présentera cette fois-ci sous la bannière de l'équipe de l'aspirant maire Richard Morasse, La Relève. «J'ai toujours fait les choses différemment des autres», a-t-il expliqué en riant, avant d'ajouter avoir toujours «le goût de la politique».

Notons, par ailleurs, que la conseillère du district trois, Lucie Fréchette, tirera quant à elle un trait sur 19 ans de politique municipale. Celle occupant le siège numéro cinq, Denise Lauzière, part avec 12 ans d'expérience derrière la cravate, tout comme Roger Bélanger (district deux).

Russell ému

S'il abordait l'idée de présider sa toute dernière séance régulière beaucoup plus froidement il y a quelque temps, les choses ont vite évolué pour le maire, constatant la rapidité avec laquelle cette dernière s'est imposée. «Le sevrage n'est pas prêt», admet-il. Celui qui a remporté les trois derniers scrutins a versé dans l'émotion au moment de remercier sa famille pour son support, à la toute fin de la réunion publique.

Appelant la population au vote, il a par ailleurs servi aux personnes présentes, candidats et citoyens, un laïus convaincant sur la nécessité de continuer à faire progresser Waterloo, avant de remettre les clés de la ville au directeur général. «On a mis les fondations, mais là, il faut garder le momentum», a-t-il fait valoir. Chose certaine, sa dernière soirée de conseil demeurera bien ancrée dans sa mémoire. «Ça touche droit au cœur. On ne s'attend pas à recevoir une tape dans le dos, mais quand elle vient, on la prend parce que souvent, on reçoit davantage le vase que les fleurs».

En plus de l'équipe du candidat Richard Morasse, celle de Jean-Marie-Lachapelle, «Avenir Waterloo», brigue les prochaines municipales.