Kéno Beauregard vu par… Andréa Marquis

Culture G

Éli-Ève Larivière et Ugo Giguère elievelariviere@gmail.com
Publié le 28 octobre 2016

Kéno Beauregard et Andréa Marquis devant les portraits de Miguel Torres et Rory MacDonald

©Culture G - Ugo Giguère

Le travail d'Andréa Marquis se distingue par un esthétisme léché, plastique et éclatant de couleurs. Tout le contraire du classicisme académique et sombre de Kéno Beauregard. Pourtant, un même thème anime les deux artistes: les combattants.

Culture G a invité Andréa Marquis à visiter l'exposition Fascination brute: du dégoût à l'appétit. En plus de son travail d'artiste peintre, elle pratique le kickboxing depuis de nombreuses années et son conjoint possède un gymnase d'arts martiaux mixtes. Son précédent atelier d'artiste était aménagé dans le gym!

«J'aime l'énergie que ça dégage, le mouvement», affirme Andréa qui a réalisé plusieurs scènes de combattants en action. Dans l'œil de Kéno Beauregard, c'est moins l'action que le résultat. Ses portraits de visages sanglants montrent la détermination, la résilience… et le prix à payer pour entrer dans l'arène.

«Moi, je n'ai jamais mis de sang dans mes toiles de combattants, commente Andréa. Dans les photos, il y a toujours du sang, mais moi c'est l'énergie et le mouvement qui m'intéressent.»

Derrière elle, le visage de Rory MacDonald semble saigner à travers la toile. «C'est précisément entre le 4e et le 5e round de son combat contre Robbie Lawler. C'était une des cartes les plus violentes et sanglantes du UFC», raconte Kéno Beauregard.

«On dirait qu'il est sur le pilote automatique, qu'il se dit je m'en vais finir ma job», ajoute le peintre.

Le véritable visage de Rory MacDonald entre les 4e et 5e rondes de son combat contre Robbie Lawler au UFC 189.

©Capture d'écran

Devant le portrait de Miguel Torres, Andréa a l'impression de comprendre l'état d'esprit de l'athlète. «Lui a l'air de chercher son dernier souffle. C'est le moment où tu donnes tout», observe-t-elle.

«C'est un hommage à ces gars-là», note la jeune femme qui côtoie plusieurs de ces combattants ultimes. «L'entraînement est tellement difficile, le régime aussi. Ça prend beaucoup de volonté et c'est très technique», plaide-t-elle.

«Juste faire du sparring, c'est tellement dur. C'est un aspect que les autres humains ne connaissent pas», renchérit Kéno.

Pour lui, ces modèles le ramènent à la tradition classique de l'art du portrait. «Ils ont quasiment l'air de sculptures grecques. J'aspire à ce que les gens y voient quelque chose de plus profond. Sur un tableau, c'est peut-être plus facile à soutenir que dans la réalité», espère-t-il.

Les deux artistes souhaitent que le public admire le travail, la discipline et la passion des combattants à travers leurs œuvres. Kéno Beauregard aimerait bien aussi susciter la curiosité des fighters pour l'art.

Si vous n'avez toujours pas visité l'exposition à la galerie Boréart du Centre culturel France-Arbour, il vous reste un dernier week-end.

L'événement prend fin ce dimanche 30 octobre.

Ugo