Vers une «ambassade» autochtone au coeur de Montréal

Andréanne Chevalier andreanne.chevalier@tc.tc
Publié le 27 avril 2016

Un lieu culturel et touristique autochtone de 6 000 m2 – l’équivalent en superficie de la place des Festivals – devrait être aménagé au cœur de la ville en 2018.

«On parle d’une ambassade culturelle qui est là non seulement pour représenter [les peuples autochtones] mais aussi pour accueillir. C’est avant tout un espace où on se rencontre», a décrit avec enthousiasme Marie-Josée Parent, directrice de DestiNATIONS, Carrefour international des arts et cultures des peuples autochtones, lors d’une entrevue avec Métro. Cette organisation sans but lucratif mène le dossier conjointement avec Tourisme Autochtone Québec (TAQ).

Le financement de 30 M$ nécessaire pour la construction et la livraison «clés en main» du bâtiment n’est pas encore confirmé, bien que des discussions soient entamées. Il s’inscrit dans les projets de legs du 375e anniversaire de Montréal et du 150e anniversaire du Canada. 40 % de ce budget devrait provenir du provincial, 40 % du fédéral, 10 % du municipal et 10 % de fonds privés. «Même si on demande l’aide des gouvernements, on souhaite qu’il soit autosuffisant», a précisé Dave Laveau, directeur général de TAQ.

Le lieu devrait voir le jour au centre-ville ou dans le Vieux-Montréal. Sa construction devrait débuter en 2017 pour une ouverture prévue en 2018.

Selon Yves Sioui Durand, codirecteur artistique et fondateur de la compagnie de théâtre autochtone Ondinnok, un endroit de ce type est «une nécessité absolue pour l’avancée des arts vivants autochtones contemporains et pour enraciner ce dialogue dans la ville de Montréal. C’est un anachronisme qu’il n’y ait pas cette présence concrétisée au centre de la métropole du Québec».

Le projet a reçu l’appui de l’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador – son président, Ghislain Picard, est président du conseil de DestiNATIONS – et de Tourisme Montréal. Le maire Denis Coderre aurait lui aussi accordé son soutien, mais les demandes de précisions de Métro sont restées sans réponse. Le dépôt final du plan d’affaires, qui confirmera ces appuis, est prévu pour la fin de mai.

 

Des groupes qui oeuvrent à combattre les préjugés et à favoriser le dialogue. Des projets culturels et éducatifs stimulants. Des jeunes qui travaillent pour leur nation. Parce que tout n’est pas noir dans les communautés autochtones, TC Média présente l’autre côté de la médaille, à Montréal et en région. Consultez notre dossier complet:

- Odanak : Entre éducation et défis
- Faire tomber les clichés et bâtir des ponts
- 7 questions – et réponses – sur les Autochtones
- Enseigner la «vraie» histoire
- Des changements en enseignement de l’histoire : plus de place aux Autochtones?
- Un souffle aux cultures autochtones
- Carte interactive: Les communautés autochtones du Québec