Sections

Commerce électronique: des fraudeurs à l'œuvre à Granby


Publié le 23 juin 2017

Les premiers éléments de l'enquête laissent croire que le ou les malfaiteurs achètent des produits offerts sur le web par des commerçants avec des numéros de cartes de crédit volées.

©Deposit photos

FAITS DIVERS. Des transactions en ligne frauduleuses effectuées dans des commerces de Granby ont été rapportées au Service de police depuis le début du mois de juin. Une femme de 31 ans a été arrêtée en lien avec ces crimes.  

Les premiers éléments de l'enquête laissent croire que le ou les malfaiteurs achètent des produits offerts sur le web avec des numéros de cartes de crédit volées. Une fois la transaction acceptée, le prétendu consommateur fait livrer son achat à une adresse qui n'a aucun lien avec le détenteur de la carte. Le hic de l'affaire? Les commerçants sont avisés qu'ils ont été victimes d'une transaction frauduleuse après avoir livré la marchandise.

Tu as plus de chances de te faire voler sur Internet que dans ta propre bijouterie. Sur Internet, tu n'as pas de contrôle.

Mario Brouillette, propriétaire de la Bijoueterie Brouillette

Cinq cas ont été signalés aux autorités policières. Les bijouteries et les magasins de vêtements seraient principalement ciblés par les voleurs. La femme de 31 ans appréhendée, hier, a été libérée sans condition. L'enquête se poursuit. D'autres arrestations pourraient être réalisées dans le cadre de cette affaire.

Nouveau type de vol
«C'est un risque l'Internet. Si tu te fais avoir, tu perds ton argent et ton stock», affirme Mario Brouillette, propriétaire de la Bijouterie Brouillette. Le commerçant du centre-ville de Granby en sait quelque chose. Le bijoutier a bien failli être dépouillé de 400 $. Heureusement, le travail rapide des policiers a mis fin aux agissements criminels d'une suspecte.

Ce nouveau type de vol frustre l'homme d'affaires. En plus de risquer de perdre sa marchandise et le montant de la vente, le commerçant doit se battre avec les institutions bancaires pour obtenir des informations.

«Les banques sont moins enclines à donner des renseignements. Après des heures et des heures au téléphone, on nous répond que l'adresse de la livraison n'est pas la même que l'adresse de la carte. Il y a un gros manque de collaboration. Le commerce électronique, ça m'a refroidi avec ce vol», explique M. Brouillette.

Toute personne détenant des informations au sujet de ces cas de fraude est invitée à communiquer avec l'enquêteur Jonathan Lambert au 450 776-8333, poste 3610.