Le service des incendies de Frelighsburg sauvé de peu

Frelighsburg a passé à un cheveu de perdre son service d’incendie dès janvier 2012. Outrés par le non-renouvellement du contrat de leur directeur, les pompiers ont menacé de démissionner en bloc. Le maire par intérim, Charles Crawford, a toutefois pu sauver les meubles et conclure une entente de principe de trois ans avec M. Ouellet.

 

Lors d’une assemblée spéciale tenue lundi soir dernier, le conseil de ville a exprimé ses inquiétudes face à la hausse des coûts reliés au service des incendies. Le salaire de M. Ouellet – environ 15 000 $, plus un montant du même ordre pour divers frais et heures supplémentaires – représentait aux yeux de la municipalité une dépense excessive.

 

Dans une lettre adressée aux élus, M. Ouellet s’était insurgé face à l’attitude de la municipalité. Il affirmait que ses efforts afin de restructurer le service d’incendie n’ont pas été reconnus à leur juste valeur.

 

«Vous dites que je coûte cher. Mon travail, c’est de planifier des interventions, mettre les gens en sécurité. Mais avant tout, pourquoi ne pas faire de prévention ? Mieux vaut prévenir que guérir»,  a lancé celui qui œuvre également pour la municipalité de Dunham.

 

Visiblement ébranlé par les propos de M. Ouellet et de sa brigade, M. Crawford a pris le taureau par les cornes afin de crever rapidement l’abcès et d’éviter le départ massif de ses pompiers.

 

«J’ai contacté Bernard afin de lui proposer une entente salariale globale, ce qui éliminera toute confusion. Il y a manifestement eu un manque de communication au cours des derniers mois.  Je suis très heureux qu’il ait accepté, car c’est un homme très dévoué et compétent, hautement apprécié de ses collègues», lance M. Crawford, qui ajoute que le conseil devrait entériner cet accord prochainement.

 

 

Installations vétustes
Lors de son allocution, M. Ouellet a notamment pointé du doigt l’«abri Tempo», qui abrite temporairement un camion de pompiers derrière l’hôtel de ville, qui a dû être relocalisé à cause de la construction d’égouts et d’aqueducs.

 

«Les gens se stationnent devant le camion qui se situe à l’arrière de l’hôtel de ville et vous trouvez ça sécuritaire ? Pour votre information, nous sommes le seul service incendie au Québec dont le camion principal couche dehors !», déplore-t-il, ajoutant que les citoyens de Frelighsburg ont le droit de sentir en sécurité.

 

Pompier depuis sept ans, Éric Sauvageau a confié au Guide que les conditions de travail sont «à la limite de l’acceptable».  Il vante également le dévouement de son chef.

 

«De nos jours, un chef pompier a beaucoup plus de responsabilités qu’à l’époque. Il doit avoir des compétences très complexes, plusieurs réunions à assister et de nombreuses obligations à remplir», fait-il remarquer, affirmant que Bernard Ouellet remplit cette mission à merveille.

 

M. Crawford promet que la municipalité se penchera de plus près sur les problèmes identifiés par M. Ouellet et les pompiers de Frelighsburg.
«Il faudra certainement étudier la possibilité de faire construire une nouvelle caserne, dans les meilleurs délais possibles. Avec de la bonne volonté, on arrivera sans aucun doute à combler nos lacunes», dit-il.
Bernard Ouellet se montre ravi de ce dénouement heureux.

 

«J’ai confiance aux propos de M. Crawford. Je serai donc en poste car j’ai à cœur la sécurité des citoyens. Et je suis très content d’avoir des pompiers aussi  fidèles», clame-t-il.

 

Le maire par intérim accueille avec soulagement le renouvellement de l’entente avec Bernard Ouellet, qui conclut ainsi l’année en beauté pour ce village, éprouvé par une série de mauvaises nouvelles au cours ders derniers mois.

 

«Pour 2012, il y a de beaux projets en vue pour la municipalité. Avec en plus le passage de Star Académie et le retour du Festiv’Art, c’est très encourageant», dit-il.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des