«Lourd» bilan dans les écocentres

Par Ugo Giguere

En un an, les deux écocentres de la MRC Haute-Yamaska ont déjà atteint 80% de l’objectif fixé pour 2014! C’est l’ultime bonne nouvelle qu’a dévoilé la Corporation de gestion des matières résiduelles de la Haute-Yamaska (COGEMRHY) en dressant le «lourd» bilan de la première année d’opération des écocentres de Granby et de Waterloo.

Le fameux objectif triennal consiste à ce que 5 770 tonnes de matières résiduelles soient détournées de l’enfouissement chaque année. Ce chiffre devait devenir la valeur de référence à compter de 2014. Surprise, la première année d’opération a permis de détourner 5 348 tonnes de matières résiduelles du dépotoir.

 

«Pourquoi? Parce que les citoyens participent!», se réjouit le préfet de la MRC Haute-Yamaska Pascal Russell. Pour celui qui est aussi maire de Waterloo, deux autres facteurs expliqueraient les bons résultats, soit parce que les élus y ont cru et parce que l’équipe de COGEMRHY y a mis les efforts nécessaires.

 

Tout au long de l’année, l’écocentre de Granby situé sur la rue André-Liné dans le parc industriel a accueilli 28 373 visiteurs, alors que celui de la rue Foster à Waterloo a reçu 7 227 visites.

 

D’après les commentaires recueillis par GranbyExpress.com auprès des employés, les nouveaux visages continuent d’affluer. «La semaine dernière, sur les dix visiteurs qu’on a eus dans une journée, il y en avait quatre qui venaient pour la première fois», a raconté Luc Dufresne.

 

Huile, peinture, matériaux de construction, ampoules, tubes fluorescents, piles, appareils électroniques, électroménagers, meubles, branches d’arbre tout ce qui n’entre pas dans votre bac de récupération et qui ne devrait pas se trouver dans votre poubelle peut être apporté à l’écocentre.

 

La directrice générale de COGEMRHY, Carole Lebel, confirme d’ailleurs que 93% des matières apportées sur les deux sites ont été valorisées. L’organisme dispose d’ententes avec certaines entreprises pour donner une nouvelle vie aux rebus récupérables.

 

Pour en nommer quelques-unes, Sani-Éco se voit remettre les débris de construction, ainsi que le plastique. Polyform récupère de son côté le polystyrène non-contaminé, alors qu’une autre entreprise récupère les morceaux contaminés. Le métal revendu permet aussi à l’organisme d’engranger certains revenus. Finalement, les matériaux verts sont transformés en composte.

 

Pascal Russell considère que ce cycle de réutilisation représente la voie d’avenir. «Il faut que les résidus d’une personne deviennent le produit brut de quelqu’un d’autre», résume-t-il.

 

En chiffres:

Nombre de visites: 35 600 (28 373 Granby / 7 227 Waterloo)

Matières reçues: 5 348 tonnes

Matériaux démantelés, matériel électronique et petits outils: 353 tonnes

Matériaux de construction, rénovation et de démolition: 3 517 tonnes

Encombrants: 278 tonnes

Résidus verts et branches: 803 tonnes

Pneus: 76 tonnes

Cartons: 42 tonnes

Peinture et huile: 61 tonnes

Autres matières: 19 tonnes

Résidus domestiques dangereux: 70 tonnes

Rejets: 129 tonnes

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires