«Patch techno» de nids-de-poule

Par Josiane Noiseux
«Patch techno» de nids-de-poule
André Roy

Alors que le temps doux et le froid sibérien se succèdent l’un après l’autre en cet hiver en montagne russe, les nids-de-poule font leur apparition plus tôt que prévu.  Pour prévenir ses maux de chaussée, la Ville de Cowansville sert actuellement de laboratoire extérieur pour l’entreprise GRB inc., de St-Alphonse-de-Granby. Cette dernière travaille à mettre au point un nouveau processus de colmatage des trous adapté à nos conditions saisonnières changeantes communément appelé «Perma-route».

L’idée de concevoir un équipement spécifiquement conçu pour réparer et entretenir les nids-de-poule trotte dans la tête d’André Roy, propriétaire de l’entreprise GRG spécialisée en robotisation et automatisation industrielle depuis plusieurs années. «Je ne peux pas croire que de nos jours, on fait des réparations qui ne tiennent pas sur nos routes. Je me suis donc associé avec Alan Carter, un professeur de l’École de technologie supérieure et son équipe de recherche. Ensemble, on a développé des recettes de bardeaux d’asphalte recyclés, une solution écologique», indique l’homme d’affaires de St-Alphonse-de-Granby. 

Dans ce projet, GRB inc. conçoit non seulement la mixture (trois recettes possibles) de matériaux recyclés, mais aussi le fourgon mobile qui transforme et prépare la solution directement sur les routes. «Solution GRB a les brevets pour les équipements et les recettes de solvants. Perma-route est la compagnie qui va faire la distribution et va développer le produit des régions. Nous allons faire des démonstrations pour sa promotion auprès de différentes municipalités, ministère des Transports ou entrepreneurs désirant faire l’acquisition de la machine. Ce processus assurera le développement du produit et que l’entretien des machines se fasse correctement», indique M. Roy. 

«Notre visée consiste à récupérer la matière sèche comme on appelle dans le domaine de la construction, qui est le bardeau. Au Canada, les Québécois sont comptés parmi les plus gros consommateurs et producteurs de bardeaux d’asphalte. Constamment, on cherche des endroits pour l’enfouir. La nouvelle génération est très sensibilisée à contrer la pollution et favoriser le développement durable. L’idée, c’est que d’ici quelques années, on n’enfouira plus de bardeaux d’asphalte, car il sera sur nos routes», explique l’entrepreneur.

Les tests de ce nouveau processus de colmatage devaient être précis et se faire dans un environnement concret. «Je me cherchais un partenaire qui était prêt à me laisser tester mon produit sur ses routes. Travailler avec le ministère des Transports était trop compliqué à cause de leurs requêtes», explique l’entrepreneur.

«J’ai donc approché le conseil de ma ville natale, Cowansville. Le maire Arthur Fauteux et ses conseillers ont accepté ma proposition et ont voulu essayer ceci, avec moi. J’ai fait la démonstration de Perma-route sur 30 nids-de-poule de la municipalité, en février 2012», indique-t-il.

«La notion de récupérer ce produit pour faire de l’asphalte recyclé a déjà été pensé et testé. La différence avec mon concept résulte dans l’équipement. Habituellement, c’est de l’asphalte froid que l’on utilise et on mélange le tout à une mixture. Finalement on colmate les nids-de-poule avec ce mélange froid. Après seulement quelques jours, ça ne tient plus et ça n’adhère à rien», explique M. Roy.

André Roy et GRB inc. innovent dans la transformation et la préparation du processus de colmatage. Le nouveau procédé a fait ces preuves. «La différence avec notre machine, c’est qu’elle transforme le produit à chaud et on fait la pose à chaud. Donc s’il y a une couche de glace ou de neige dans la crevasse, elle fond et le produit adhère. Jusqu’à maintenant, notre produit adhère toujours, même au bout d’un an», assure ce dernier. 

La Ville de Cowansville, a déjà fait l’acquisition de l’équipement nécessaire pour entretenir les chaussées abîmées. «Ce qui est important lorsque l’on bouche un nid-de-poule, c’est que l’eau et le sel ne pénètrent pas en dessous de l’asphalte. L’asphalte froid ne se compacte pas. L’hiver, l’eau pénètre dans le trou, gèle, soulève l’asphalte et le désagrège», explique Sylvain Perreault, directeur du service de voirie à la Ville de Cowansville.

«Perma-route est posé à chaud et contient beaucoup de bitume. L’asphalte devient si compact que rien ne passe en dessous. Nous sommes très satisfaits des tests que nous avons faits jusqu’à maintenant», mentionne ce dernier.  

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires