Naéva saluée une dernière fois

Une centaine de personnes ont rendu un ultime et vibrant hommage, jeudi avant-midi, à la jeune Naéva Paquette, 17 mois, décédée ces derniers jours des suites d’une maladie dégénérative.

«Naéva, ma princesse, mon ange, mon amour, grâce à toi, on a connu le véritable amour. Tu as été une championne du début à la fin», a dit la maman Josée Drapeau, dans un témoignage chargé d’émotion, jeudi avant-midi. Non loin du petit cercueil rose pâle qui prenait place au bout de l’allée centrale de l’église St-Luc, la jeune mère a demandé à sa fille de poursuivre «de là-haut, sa grande mission.»

Devant les quelque 130 personnes qui se sont rassemblées à l’église, le père de Naéva, Yannick Paquette n’a pu être capable de terminer son témoignage, la voix brisée par l’émotion. «Tu as rempli ta mission avec brio. Ici, tu as réussi à toucher des milliers de personnes. Je sais maintenant que tu es libérée de ton corps malade, que tu es heureuse là où tu es. Je revivrais cette histoire d’amour de la même façon, avec toi et pour toi.» «Malgré les souffrances que cela m’apporte, a poursuivi Josée Drapeau. Papa s’ennuie de toi mon cœur. […] de voir ton âme dans tes yeux.» Au terme de leur allocution, les deux parents endeuillés ont reçu de chauds applaudissements des gens présents. 

Parmi les chansons interprétées durant cette cérémonie, les deux musiciens ont entonné Les petits pieds de Léa de Céline Dion, titrée pour l’occasion Les petits pieds de Naéva.

Rappelons que la petite Naéva est décédée samedi dernier des suites d’une pneumonie. La jeune fille était atteinte d’une leucodystrophie de type Krabbe. La matière blanche qui recouvrait le cerveau de l’enfant (et qui agit comme isolant) disparaissait ce qui avait pour effet d’entraîner du même coup la perte des acquis et des réflexes. L’espérance de vie de la petite n’allait pas dépasser les cinq ans.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des