Décès à Ski Bromont: une mort accidentelle

Décès à Ski Bromont: une mort accidentelle
La mort de Maxime Nguyen

La mort de Maxime Nguyen, un skieur qui a perdu la vie sur les pentes de Ski Bromont en février dernier, est strictement accidentelle, conclut le coroner Gilles Sainton, dans son rapport rendu public mercredi.

Maxime Nguyen, âgé de 18 ans, s’est présenté à la station de ski, en début de soirée le 15 février dernier, avec un groupe d’amis. Après avoir fait quelques descentes dans un secteur de la montagne où les pistes sont classées vertes (faciles), Maxime Nguyen et ses amis se sont dirigés vers les pistes bleues (difficiles).

Puis, vers 22 heures, la troupe s’est rendu au parc à neige de la piste Magog (classée très difficile). «M. Nguyen s’engage sur le premier module du parc à neige, mais au lieu d’atterrir sur le second module, il tombe entre les deux modules, sur le dos puis glisse jusqu’au second module. L’un des témoins se rend auprès de Monsieur et constate qu’il est conscient, mais il gémit et crache du sang», écrit le coroner Sainton dans son rapport. Le 911 est composé vers 22h24.

Six minutes plus tard, un premier patrouilleur de Ski Bromont se rend aux côtés de la victime qui est agitée, crache du sang et respire vite. Maxime Nguyen se plaint aussi d’une importante douleur au dos. L’employé de la station demande aussitôt du renfort et fait aussi composer le 911. À l’arrivée d’un autre patrouilleur, Maxime Nguyen est transporté sur civière au centre médical de la station où les ambulanciers attendent. Il est ensuite conduit à l’hôpital Brome-Missisquoi-Perkins où il arrive à 23h33.

Maxime Nguyen présente alors une pression artérielle et une saturation en oxygène basse ainsi qu’une fréquence cardiaque élevée. Un passage en radiologie permet d’établir, entre autres, qu’il souffre de fractures aux vertèbres et d’une lésion de l’aorte. Les autorités médicales décident de transférer Maxime Nguyen au Centre de traumatologie du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke à Fleurimont. «Pendant son transport, l’état de Maxime Nguyen reste précaire», indique M. Sainton. En route vers Sherbrooke, le jeune adulte reçoit des solutés et des produits sanguins, notamment pour contrôler ses troubles de coagulation.

À son arrivée au CHUS, l’équipe des soins intensifs procède à un examen qui confirme la présence d’hémorragies pulmonaires majeures. Maxime Nguyen fera ensuite un arrêt cardiorespiratoire. «Dans ce contexte, aucune amélioration significative n’est à espérer. Le décès de Maxime Nguyen est confirmé à 14h36, le 16 février», poursuit le coroner. Ce dernier retient deux causes probables de décès, soit le syndrome de détresse respiratoire de l’adulte post-traumatique et polytraumatisme.

Un «simple» accident

Au terme de son enquête, Dr Gilles Sainton conclut que le décès de Maxime Nguyen est purement accidentel et est dû à une perte de contrôle en ski. Les analyses toxicologiques n’ont démontré la présence d’aucune substance (drogue, alcool, médicament) qui pourrait avoir joué un rôle dans cet accident. Malgré son jeune âge (18 ans), Maxime Nguyen détenait une solide expérience en ski, lui qui pratiquait ce sport depuis qu’il avait 5 ans. «Il était de niveau intermédiaire à expert», précise Gilles Sainton.

Il semble toutefois qu’au moment de s’élancer sur le module, il avait une posture inhabituelle, selon des témoins. «Ses pieds semblaient en avant, comme s’il se préparait à faire un saut par en arrière. Cette position n’a vraisemblablement pas permis à Monsieur d’atteindre la vitesse nécessaire pour se rendre au second module», lit-on dans le rapport du coroner. En outre, les conditions de piste étaient bonnes ce soir-là et l’expertise des équipements utilisés par Maxime Nguyen n’a révélé aucune défectuosité. Notons que le skieur portait un casque homologué.

Enfin, les installations de Ski Bromont ne sont pas en cause dans cet incident. Gilles Sainton écrit que les modules du parc à neige, qui a été ouvert en janvier 2013, ont été construits selon les recommandations du guide de bonne pratique pour l’aménagement et l’exploitation des parcs à neige au Québec. «En janvier 2013, un inspecteur du ministère des Sports et des Loisirs a inspecté les six parcs à neige de la station de ski et a conclu que toutes les normes étaient respectées et même plus», conclut le coroner.

GranbyExpress.com a tenté de joindre le président et directeur général de Ski Bromont, Charles Désourdy, mais sans succès.

Rappelons que l’hiver dernier, outre Maxime Nguyen, un autre skieur a perdu la vie sur les pentes bromontoises. 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des