Une portion du mont Shefford protégée à perpétuité

Par Caroline Boisclair
Une portion du mont Shefford protégée à perpétuité
Depuis le 30 octobre

Shefford pourra se vanter d’avoir été la première municipalité du Québec à protéger la plus grande partie de son territoire sous forme de réserve naturelle. Depuis le 30 octobre dernier, les quatre parcs du mont Shefford, qui totalisent une superficie de 145,04 hectares, soit l’équivalent de 105 terrains de football, sont protégés à perpétuité par le Ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs.

Le parc Jean-Paul-Forand, le parc des Montagnards, le parc de la rue Chagnon et le parc de l’Impasse du Plateau font désormais partie de la réserve naturelle du Québec, sous la loi de la conservation du patrimoine naturel.

«Je suis très content. On laisse quelque chose aux générations futures», se réjouit le maire de la municipalité, André Pontbriand.

Cette nouvelle est passée presque inaperçue ces derniers jours puisque le magistrat préférait laisser passer la campagne électorale.

«On ne voulait pas se faire du capital politique là-dessus», plaide-t-il.

Car il y a longtemps que la municipalité souhaitait protéger ces quatre parcs du mont Shefford.

«Mais il fallait que tous les conseillers soient d’accord pour cette reconnaissance», rappelle M. Pontbriand, qui a été conseiller municipal durant 13 ans avant de succéder au maire Jean-Marc Desrochers, décédé en plein cœur de son mandat, en 2012.

Il a été réélu lors des élections municipales du 3 novembre.

En protégeant ainsi 145,04 hectares de la montagne de Shefford, aucune construction n’y sera permise.

Et c’était le but de cette initiative.

«Plus ça allait, plus la montagne en perdait. Il y a eu beaucoup de construction dans les dernières années, parce qu’elle avait été décrétée zone blanche dans les années 1980 (ce zonage permet le développement immobilier)», explique le maire.

D’où l’intérêt des élus à vouloir protéger certaines parties du mont Shefford à perpétuité.

«Si on veut changer quelque chose, il va falloir passer par le ministère. Il faut préserver notre biodiversité», soutient André Pontbriand, visiblement fier de la réalisation de cette importante étape.

«Je me suis tout le temps dit que ceux qui avaient acheté le parc Jean-Paul-Forand, dans le temps, étaient des visionnaires. Imaginez-vous s’il y avait eu des maisons de construites là? Sur le bord de la chute?»

La résolution intitulée «Parcs de conservation» avait été adoptée le 5 mars dernier.

Les élus ont voté unanimement pour que les quatre parcs concernés, qui appartenaient déjà à la municipalité de Shefford, obtiennent le statut officiel de «Réserve naturelle» lors de la séance régulière du conseil du 2 juillet.

Ce qui a donné le coup d’envoi pour les démarches auprès du MDDEFP, en collaboration avec le Corridor appalachien.

Le 30 octobre, la réserve naturelle de Shefford est devenue la quatrième réserve à être reconnue sur des terrains appartenant déjà à des municipalités en 2013, indique Geneviève Lebel, des relations médias du MDDEFP.

«Et elle est la plus grande, après la réserve naturelle de l’Estuaire-de-la-Petite-Rivière-Cascapédia, qui appartient à la Ville de New Richmond, qui a 136,65 hectares», affirme Mme Lebel.

Recherches et inventaires

Au cours des dernières années, la municipalité de Shefford avait commandé deux inventaires de la faune et de la flore des parcs Jean-Paul-Forand et du parc des Montagnards, anciennement connu sous le nom de la forêt Borrel-Pommaret-Gauvin, acquise par Shefford en 2008.

L’herboriste et auteure Anny Schneider avait réalisé les deux inventaires, aidée par le producteur de plantes indigènes amateur Denis Gref dans le cas du parc des Montagnards.

Des centaines de merveilles naturelles avaient été découvertes lors de cette vaste recherche.

De plus, une étude a été commandée pour effectuer la recherche des zones humides de tout Shefford, mentionne André Pontbriand.

«Ce sera un portrait de la situation, et ça va nous aider pour protéger nos habitats aquatiques et nos espèces», signale le maire.

*******

Le mont Shefford en bref

*Hauteur: 526 mètres

*Superficie: environ 25 km2

*Âge: environ 125 millions d’années. Elle s’est formée lors d’une intrusion souterraine de magma qui n’a pas atteint la surface terrestre. Sa colline est apparue lors de l’érosion par les glaciers des roches sédimentaires avoisinantes;

*Fait partie des neuf collines montérégiennes;

*Abritait autrefois la station de ski Mont Shefford.

 

 

 

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires