Tir groupé contre François Bonnardel

Par Ugo Giguere

Personne n’a triomphé au terme du premier débat des candidats de la circonscription de Granby. Toutefois, la centaine de personnes présentes dans le foyer du Palace ont pu surtout découvrir qui maîtrise le mieux ou le moins bien ses dossiers locaux.

Comme prévu, le député sortant François Bonnardel a été attaqué sur tous les fronts. Il s’est fort bien acquitté de la tâche de défendre son bilan en énumérant les nombreux dossiers qui ont obtenu du financement depuis sa première élection.

Seule Joanne Lalumière a réussi à semer un doute sur la rigueur du caquiste à talonner le dossier de l’unité mère-enfant. «Le dossier est déjà au ministère. Vous le sauriez si vous aviez fait le suivi de vos dossiers», lui a-t-elle lancé.

La candidate du PQ a de son côté joué la carte du tourisme tout au long de la soirée. Elle s’est efforcé de mettre en évidence ses réalisations passées chez Hydro-Québec et au Zoo de Granby pour faire ressortir sa connaissance de l’appareil gouvernemental.

Le libéral Pascal Proulx a le moins bien paru du lot. À plusieurs reprises, il semblait ne pas connaître les enjeux locaux, notamment au sujet de la clinique d’accès, de la formation et de la rivière Yamaska.

André Beauregard a bien fait pour Québec solidaire en soulevant que le principal problème de l’économie est la pauvreté. «Les gens travaillent, mais gagnent 21 000$. Ce n’est pas avec ça qu’on vit», a-t-il fait valoir en soulignant que le salaire moyen à Granby se trouve à 2 500$ sous la moyenne du Québec.

Jocelyn Beaudoin peut lui aussi dire mission accompli pour Option nationale. Le jeune étudiant au barreau a réussi à lier à peu près toutes ses réponses à ce qu’il en serait dans un Québec indépendant.

Quelques moments forts…

Jocelyn Beaudoin (ON)

«La CAQ veut couper énormément dans les dépenses de l’État. Pourquoi couper à Québec quand on pourrait couper un gouvernement au complet à Ottawa avec l’indépendance?», a-t-il demandé à Bonnardel.

André Beauregard (QS)

«Les dossiers de Granby dépendent du gouvernement et s’il n’y a pas d’argent, il n’y en aura pas pour l’hôpital, ni pour la commission scolaire», a-t-il répliqué au candidat libéral qui disait «ne pas être ici pour débattre du programme de M. Couillard».

François Bonnardel (CAQ)

«L’aréna, les terrains de soccer synthétiques, l’usine de traitement des matières résiduelles, on a eu 4 M$ du programme PRÉCO, les chambres de soins palliatifs, même la commission scolaire a eu deux écoles neuves. Pensez-vous que les gens vont vous croire quand vous dites que je n’ai rien fait?», a longuement énuméré le député sortant. Pascal Proulx qui posait la question a même terminé en le remerciant…

Joanne Lalumière (PQ)

«Si vous aviez fait le suivi, vous sauriez que le dossier du centre mère-enfant est déjà rendu au ministère et qu’il n’est plus à l’agence. Je me suis informée au ministère et ils disent n’avoir reçu aucun suivi du député», a-t-elle révélé après que François Bonnardel ait soutenu que le dossier faisait partie des priorités de l’Agence de la santé de la Montérégie.

Pascal Proulx (PLQ)

«L’unité mère-enfant ne débloque pas, l’amélioration des soins intensifs ne débloque pas, la route 139 ne débloque pas. Granby aurait bien plus de chance avec un député qui fait avancer les choses», a-t-il lancé en conclusion du débat.

Avis aux électeurs qui n’ont pas pu assister à ce premier débat, la chaîne MATV a capté l’événement. L’émission sera diffusée ce vendredi soir dès 19h et rediffusé les 31 mars et 4 avril.

Un deuxième débat, organisé par l’association étudiante du Cégep de Granby aura lieu lundi soir à l’auditorium du cégep.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des