Facebook: les bons et moins bons coups des candidats dans Granby

Photo de Roxanne Langlois
Par Roxanne Langlois
Facebook: les bons et moins bons coups des candidats dans Granby
(Photo : (Photo: Deposit Photo))

POLITIQUE PROVINCIALE. Quels ont été, à ce jour, les publications de nos candidats les plus pertinentes sur Facebook? Quels sont les pièges dans lesquels ils sont tombés? François Grenon, codirecteur de l’Observatoire des médias sociaux en relations publiques de l’Université Laval, nous livre ses impressions.

François Bonnardel – Coalition Avenir Québec

Utilisant la même page depuis 2012, François Bonnardel profite d’un nombre d’abonnés impressionnant, soit 1785. Or, son taux d’engagement n’est pas exceptionnel, note M. Grenon. Le spécialiste remarque aussi que la caquiste publie bon nombre de clichés où on le voit directement en action sur le terrain, ce qu’il voit d’un très bon oeil. Notre analyste est également d’avis que M. Bonnardel joue bien ses cartes lorsqu’il s’adresse directement à la population, ce qu’il a fait, par exemple, en lui lançant une invitation à un BBQ, le 11 septembre.

Le politicien ne profite toutefois pas de sa visibilité potentielle pour parler de ce qui l’anime et de qui il est, ce qui pourrait jouer en sa faveur, selon M. Grenon, notamment en utilisant la vidéo. «Dans ce cas-ci, on a de vieilles vidéos qui semblent peut-être moins intéressantes, à tout le moins dans le cadre d’une campagne électorale», note le stratège.

Daphné Poulin – Parti Vert du Québec, Granby

Daphné Poulin se fait plutôt discrète sur Facebook, et ce même si elle compte 224 mentions «j’aime» depuis le lancement de sa page, en mai dernier. Ses publications se font d’ailleurs peu fréquentes. Selon M. Grenon, la candidate du Parti vert du Québec a toutefois frappé fort, le 11 septembre, en présentant une vidéo en direct diffusée lors du passage son chef, Alex Tyrrell, à Granby.

La jeune politicienne est d’ailleurs la seule à avoir, à ce jour, utilisé cette tactique. «On sait que les Facebook Live sont recherchés par les gens. Naturellement, ça peut, par la suite, être repris», juge M. Grenon. Ce sont des photos d’elles en action et des vidéos qui manquent actuellement à l’appel pour optimiser sa stratégie, note le spécialiste. Une seule séquence où l’on aperçoit l’étudiante en philosophie s’y retrouvait au moment d’écrire ces lignes; elle ne durait que cinq secondes.

Anne-Sophie Legault dans Granby

Anne-Sophie Legault compte 464 abonnés sur sa page. La solidaire y partage beaucoup de contenu national et de vidéos. Elle s’adresse également fréquemment à ceux et celles qui la suivent, entre autres, relativement à la distribution de pancartes; ce choix peut contribuer à susciter de l’engagement, mentionne M. Grenon. Son meilleur coup, selon notre expert, est la publication d’une vidéo à l’occasion de la Journée mondiale de la prévention du suicide, le  10 septembre.

«C’est intéressant, parce qu’elle profite d’autres événements pour faire part de ses préoccupations», explique M. Grenon. Comme d’autres candidats l’ont fait, le stratège remarque que Mme Legault a partagé, le 29 août, une publication relativement à un autre parti que le sien, dans ce cas-ci la CAQ. Or, celui-ci ne conseille pas «d’offrir une fenêtre sur son adversaire» de la sorte, même si un candidat le fait dans un contexte de dénonciation.

Chantal Beauchemin dans Granby

La péquiste Chantal Beauchemin partage beaucoup de contenu journalistique, par exemple des articles produits localement suite à ses conférences de presse. Cette habitude peut s’avérer risquée, prévient notre spécialiste, qui ajoute qu’il faut surtout éviter l’abus. La page de la péquiste permet de mieux connaître ses valeurs et son quotidien, ce qui lui fait marquer des points auprès des internautes, croit M. Grenon.

Il cite à cet effet une vidéo où l’on voit simplement la candidate partir pour une course, le 16 septembre. «C’est intéressant, parce que ça nous rapproche de la personnalité du candidat», lance-t-il, expliquant que beaucoup d’internautes cherchent à savoir qui est réellement l’être humain derrière la pancarte. De plus, notre expert constate que Mme Beauchemin utilise les moyens publicitaires mis à sa disposition sur Facebook pour rejoindre son public.

Lyne Laverdure

Lyne Laverdure partage beaucoup de contenu national sur sa page Facebook et de photos, ce qui joue en sa faveur. Or, la page de la candidate, lancée en juillet dernier, est celle ayant le moins d’abonnés, soit 69. Selon M. Grenon, l’équipe libérale a fait son meilleur coup sur Facebook le 8 septembre lorsque Mme Laverdure a elle-même interviewé une personne immigrante, Dr Bruno Batistini,  et présenté cette vidéo.

Si la qualité sonore de cette séquence était très faible, l’initiative vaut néanmoins la peine d’être soulignée, croit François Grenon. «Les médias, à la fois traditionnels que sociaux, sont friands d’histoires et de gens qui racontent la leur», juge-t-il. Mme Laverdure partage également beaucoup d’articles de presse, une pratique qui n’est pas nécessairement conseillée par le spécialiste.

Partager cet article