Pénurie de main-d’œuvre: Lyne Laverdure propose un projet-pilote

Photo de Roxanne Langlois
Par Roxanne Langlois
Pénurie de main-d’œuvre: Lyne Laverdure propose un projet-pilote
La candidate libérale, Lyne Libérale. (Photo : GranbyExpress-Éric Patenaude)

EMPLOI. Préoccupée par la pénurie de main-d’œuvre sévissant actuellement en région et désirant combler les emplois disponibles dans tous les secteurs, la candidate libérale dans Granby propose la mise sur pied d’un centre de coordination et d’intégration des nouveaux travailleurs dans le comté.

Solidarité ethnique régionale de la Yamaska (SERY) piloterait ce projet-pilote, a annoncé l’aspirante députée. Ce dernier s’étalerait sur trois ans et prendrait racine dans les locaux de l’organisme laissés vacants par le déménagement de la clinique d’accès, rue Saint-Jacques. L’organisme a d’ailleurs été rencontré à ce sujet et se dit intéressé, assure la politicienne.

Alors que 619 emplois étaient, en date du 27 septembre, disponibles sur le site Web d’Emploi Québec pour la Haute-Yamaska, l’initiative vise à en combler 1000 par année, pour un total de 3000. «Les entreprises vont donner au SERY tous les besoins qu’ils ont en main-d’œuvre et le SERY, en collaboration avec Centre local d’emploi (CLE) et tous les organismes possibles, va aller chercher les travailleurs pour combler spécifiquement les besoins en main-d’œuvre. S’il n’y en a pas ici, je me suis engagée à aller faire des missions de charme, si l’on veut», lance-t-elle, faisant allusion à des initiatives de recrutement dans les autres provinces canadiennes et en sol européen.

La somme nécessaire pour mener à bien ce nouveau projet-pilote serait prise à même les 15 millions $ promis par les libéraux aux MRC afin d’améliorer la rétention des travailleurs venus d’ailleurs dans les régions du Québec. «Ici, ce sont environ 300 000 $ par année, à peu près. Ça revient à 300 $ par employé», explique la candidate, qui a rencontré la presse locale vendredi matin pour la toute dernière fois de la campagne.

Cette initiative, ajoute-t-elle, contribuera directement à faciliter l’arrivée de la famille de ces nouveaux travailleurs  et à combler leurs besoins, que l’on parle de la recherche de logement, d’école, de garderie ou de médecin.

«Le SERY le fait déjà avec les immigrants et ça va très bien, donc ce serait juste d’étendre (leurs activités) à la grandeur de tous les nouveaux arrivants […]», explique Mme Laverdure, qui calcule que 90 % des immigrants s’installant  dans le comté décident d’y demeurer. «La communauté va organiser des journées découvertes de notre milieu», ajoute Mme Laverdure, qui souhaite que tous s’impliquent dans l’initiative. Des élus et des partenaires dans divers domaines, dont l’employabilité, seraient d’ailleurs invités à participer au projet. Un comité de placement serait formé.

D’autres solutions

L’innovation fait également partie de la solution afin que les entreprises d’ici demeurent compétitives sur les différents marchés et surmontent la pénurie de main-d’œuvre. En ce sens, Lyne Laverdure estime que les employés d’ici doivent être formés à «l’industrie 4.0», qui constitue en quelque sorte une forme de domotique industrielle, vers laquelle devront se tourner les différents joueurs du secteur dans un proche avenir.

Rappelons que le 14 septembre dernier, Mme Laverdure s’est aussi engagée à mener à terme, si elle est élue lundi, l’institut technologique du Cégep de Granby.

«Bien accueillie»

Alors que Mme Laverdure a fait ses premières armes en politique, cette dernière a dressé, vendredi matin, un bilan très positif de sa campagne électorale dans Granby. L’avocate de carrière a admis avoir dû apprendre «à grande vitesse».

Cette dernière estime avoir été très bien reçue sur le terrain par les Granbyens et Granbyennes. «Ça a été, avec la population, extraordinaire. J’ai eu un très bel accueil», clame-t-elle.

Le 1er octobre, les militants libéraux se réuniront au local de campagne de Lyne Laverdure afin d’assister au dévoilement des résultats en direct. Celui-ci est situé au 142 rue Principale (anciennement Les Délices d’Elliot).

Partager cet article