Granby: une nouvelle application pour mousser l’achat local

Photo de Roxanne Langlois
Par Roxanne Langlois
Granby: une nouvelle application pour mousser l’achat local
Mario Dépeault souhaite voir son application Ma Mon Mes gagner les 20 villes les plus importantes du Québec d'ici la fin de 2019. (Photo : (Photo: GranbyExpress-Roxanne Langlois))

COMMERCE. Une toute nouvelle application mise de l’avant par un entrepreneur de Granby promet aux consommateurs d’épargner et aux commerçants locaux de voir davantage de clients affluer chez eux. Lancée par Studio Procom au début octobre, Ma Mon Mes a déjà été téléchargée plus de  4000 fois.

Le propriétaire de la boîte de communications, Mario Dépeault, fait actuellement la tournée des marchands et professionnels ayant pignon sur rue à Granby, leur proposant d’adhérer à l’initiative disponible via Apple et Android. Selon la volonté des entreprises participantes, celles-ci peuvent offrir autant des escomptes instantanés de 5 % à 50 % à «gratter» à la caisse que des cartes fidélité et des coupons-rabais.

Pour l’instigateur du projet, il s’agit d’une occasion de prêter main-forte aux entrepreneurs locaux qui se trouvent sur la corde raide. «Il faut se donner l’heure juste. Malheureusement, à Granby, les marchands ne roulent pas tous sur l’or […]», défend-t-il. Beaucoup n’auraient d’ailleurs pas les moyens de se procurer de la publicité traditionnelle, ajoute M. Dépeault.

Au bout des doigts

Selon lui, la plupart des gens ont, à notre époque, cette «maladie» de traîner sur eux en tout temps leur appareil cellulaire. Ainsi, il lui apparaissait logique d’opter pour une application plutôt que pour une carte privilège, par exemple.

«On sait qu’il n’y a plus personne qui sort de la maison sans son téléphone. Une carte, c’est bien, mais on peut souvent l’oublier. On l’a, mais elle est chez nous ou dans le mauvais véhicule. C’est la même chose pour un coupon-rabais qu’on a pris le temps de découper, mais qu’on n’a pas en main quand on arrive chez un restaurateur», fait valoir celui qui est également derrière les pamphlets promotionnels MaGranby. Selon lui, une part des consommateurs éprouve d’ailleurs une certaine réticence à l’idée de présenter un coupon à la caisse d’un magasin.

Par ailleurs, ce dernier estime  ne pas livrer de compétition à une initiative prônant l’achat local pour sa part lancée à la fin mai, la carte Simple. Questionné à cet effet, M. Dépeault fait valoir que si les objectifs poursuivis sont similaires, les services offerts et le moyen employé par les deux initiatives divergent significativement.

Convaincre… et attirer

Mario Dépeault espère, avec Ma Mon Mes, convaincre les Granbyens et Granbyennes d’investir leur argent localement. Il veut également d’attirer les consommateurs en provenance de l’extérieur qui auraient pour réflexe premier de se rendre à Sherbrooke ou au Dix30 pour y faire les boutiques.

«Le problème que l’on a présentement à Granby, c’est qu’il y a une frontière, l’autoroute dix, que le monde de Bromont, par exemple, ne traversera pas. Moi, je veux que ces gens-là viennent dépenser chez nous et qu’ils mettent leur argent dans des produits locaux. Si les gens viennent magasiner localement, ils vont aussi manger localement», croit celui qui habite lui-même Bromont.

M. Dépeault précise d’ailleurs que le projet, qui fonctionne avec un système de géolocalisation, pourrait s’avérer utile lors des travaux majeurs de revitalisation qui auront lieu sur la rue Principale entre 2020 et 2022. Des alertes pourraient par exemple être envoyées afin de prévenir les consommateurs d’offres spéciales en vigueur ou des détours à privilégier pour se rendre en succursale.

Des visées nationales

M. Dépeault vise pas moins de 7500 téléchargements d’ici Noël pour Granby ainsi que la participation d’une centaine de marchands de toutes les sphères, que l’on parle de restauration, d’hébergement, de biens ou de services. Ses ambitions ne s’arrêtent toutefois pas à ce premier territoire desservi. «On vise tout le Québec», lance M. Dépeault.
D’ici la fin de 2019, l’instigateur aimerait en effet voir Ma Mon Mes prendre d’assaut les 20 plus grands centres du Québec, dont Montréal, Québec et Sherbrooke. Des clients ont d’ailleurs déjà signé une entente pour le territoire sherbrookois.

L’adhésion d’une entreprise au programme se fait au coût de 750 $ par année pour les commerçants; les consommateurs peuvent quant à eux se procurer l’application gratuitement. Pour plus d’information, visitez la page Facebook MA.

Partager cet article