Un nouveau venu au GASP

Photo de Eric Patenaude
Par Eric Patenaude
Un nouveau venu au GASP
Alain Bernier est le nouveau coordonnateur du Groupe actions solutions pauvreté (GASP). (Photo : GranbyExpress-Éric Patenaude)

COMMUNAUTAIRE  Le Groupe actions solutions pauvreté (GASP) compte sur un nouveau joueur dans ses rangs quelques semaines. La coordination des activités de l’organisme est maintenant sous la responsabilité d’Alain Bernier.

Depuis le début du mois de septembre, Alain Bernier a repris le flambeau GASP autrefois porté par Nicolas Luppens. Un nouveau départ en région pour celui qui a œuvré principalement dans le monde communautaire sur la Rive-Sud et dans la grande métropole (Montréal).

«J’ai travaillé comme intervenant dans différentes ressources d’hébergement auprès des sans-abri, des jeunes et des personnes touchées par la toxicomanie», a raconté le nouveau porte-parole du GASP. Et comme le milieu communautaire interpelle le milieu politique plus souvent qu’à son tour, l’homme de 35 ans saute dans l’arène fédérale chez le Bloc québécois au cours de sa carrière. Il devient alors attaché politique de Maria Mourani (députée d’Ahuntsic) et de Xavier Barsalou-Duval (député de Pierre-Boucher-Les Patriotes-Verchères). «J’ai roulé ma bosse», affirme-t-il sans gêne.

En recherche d’un nouveau défi professionnel et désirant voir un peu de pays après avoir pataugé dans les grands centres urbains, Alain Bernier saisit la balle au bond lancé par le GASP à la recherche d’un gestionnaire communautaire. Depuis quelques semaines, il se familiarise donc avec une nouvelle région et un nouveau milieu à découvrir et à apprivoiser.

«Le GASP est très dynamique et très actif et je considère que le défi est considérable. Il y a beaucoup de dossiers à développer et c’est positif. Le défi m’emballe.» «Ça m’enthousiasmait beaucoup plus de venir travailler en Haute-Yamaska que d’aller à Montréal. D’une part, pour rencontrer de nouvelles personnes, de nouveaux organismes et aussi pour découvrir une nouvelle réalité. Je suis très à l’aise avec ça, car je me suis beaucoup promené dans ma vie», avoue le coordonnateur.

Avec le nouveau poste vient la période d’intégration. Selon Alain Bernier, le processus suit son cours. Plusieurs rencontres figurent à son agenda depuis les dernières semaines. «J’ai commencé à faire le tour des organismes pour me présenter et rencontrer les directeurs, coordonnateurs et les intervenants. J’ai eu un super accueil partout où je suis allé. Je ne me sens pas tout à fait encore à l’aise dans mon poste, mais je sens que je vais y arriver.»

Des projets

Une fois bien en selle après s’être acclimaté avec son nouveau rôle, Alain Bernier se promet de rêvasser sur divers projets pour le GASP. La marmite à idées mijote déjà, mais le principal intéressé veut se donner le temps de bien faire les choses avant de tout révéler au grand jour. L’organisation d’une activité de financement au printemps 2019 sous forme d’un 5 à 7 figure déjà dans les plans de M. Bernier.

Autre dossier à surveiller pour le GASP et Alain Bernier: le premier budget du gouvernement de la Coalition avenir Québec. «On va garder un œil sur leur budget.» «On est en mode découverte. Quelles sont leurs intentions vis-à-vis le communautaire? Ça reste à découvrir, mais on donne la chance au coureur», conclut Alain Bernier.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des