Super Décapant: une alternative sécuritaire bien de son temps

Photo de Eric Patenaude
Par Eric Patenaude
Super Décapant: une alternative sécuritaire bien de son temps
«Nous, on prend ce virage, car ça ne sert à rien d'aller aux États-Unis et de continuer à vendre une recette qui a causé des décès», déclare le président de Super Décapant, Sébastien Plourde. (Photo : GranbyExpress-Éric Patenaude)

AFFAIRES. Quand votre voisin frontalier réclame une innovation pour des raisons de santé publique, il faut réagir avec une alternative avant-gardiste. Parlez-en à Sébastien Plourde, de Super Décapant. L’homme d’affaires derrière l’entreprise granbyenne spécialisée dans la production et la commercialisation de produits décapants revient à la charge avec une nouvelle génération de décapants moins toxiques et plus sécuritaires.

Depuis les derniers mois, l’industrie nord-américaine des produits décapants traverse une zone de changements. La cause? Le chlorure de méthylène. Ce principal ingrédient chimique très efficace, qui entre dans la composition de décapants, ne doit plus s’y retrouver. Initié chez nos voisins du Sud à l’été 2018, ce mouvement de changement a été suivi par la plupart des grands détaillants notamment Lowe’s et Home Depot qui ont décidé de stopper les ventes de ces produits décapants depuis le 31 décembre dernier. Ces géants de la quincaillerie réagissaient ainsi aux pressions des groupes environnementaux et des porte-parole de familles de victimes américaines. Rappelons qu’aux États-Unis, plus d’une soixantaine de personnes ont perdu la vie à la suite d’une mauvaise utilisation de produits décapants (endroits inappropriés, ventilation inadéquate, etc.) depuis une trentaine d’années, soutient la Safers Chemicals Healthly Families.

Alors que des fabricants américains cherchent des options, Sébastien Plourde se tourne vers le Toxics Use Reduction Institute (TURI) de l’Université du Massachusetts pour développer un nouveau décapant sans chlorure de méthylène. Un projet qu’il avait en tête depuis quelques années.

«Le chlorure de méthylène, ça fait 70 ans que s’est utilisé dans les produits décapants. J’étais déjà à la recherche d’une recette plus sécuritaire. J’ai décidé d’aller de l’autre côté de la frontière et d’approcher l’Université du Massachusetts», explique M. Plourde.

Après deux ans d’essais et d’expériences, le TURI et Super Décapant viennent de développer un produit révolutionnaire. La PME granbyenne détient d’ailleurs les droits d’exploitation du Super Décapant Nouvelle Génération pour l’Amérique du Nord et l’Europe.

«Nous, on prend ce virage, car ça ne sert à rien d’aller aux États-Unis et de continuer à vendre une recette qui a causé des décès. On a la recette (la nouvelle), on a fait tous les tests pendant un an et ça décape autant que l’ancien (décapant)», raconte le patron de Super Décapant.

Super Décapant prévoit aussi recourir à sa recette «Nouvelle Génération» pour la fabrication de l’ensemble de ses produits décapants réguliers dès le 31 mars prochain.

De retour sur les tablettes

Même si les produits décapants n’ont fait aucune victime au pays ni occasionné de rappels de la part de Santé Canada, de grandes bannières dans le secteur de la quincaillerie au pays ont retiré à leur tour les produits de Super Décapant des tablettes.

«Cette décision a fait très mal aux compagnies (de produits décapants) (…). On a tous souffert, mais moi, ça m’a affecté davantage parce que les produits décapants, c’est 100 % de mon chiffre d’affaires», raconte Sébastien Plourde.

L’arrivée d’un décapant  sécuritaire 2.0 permet maintenant à Super Décapant d’espérer des jours meilleurs après avoir vu ses ventes dégringoler au cours des derniers mois. Les chaînes Canadian Tire, Home Hardware et BMR ont d’ailleurs fait le plein de nouveaux produits tout juste avant la fin de l’année 2018.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des