Station de compression: soulagement pour les résidents du secteur ciblé

Photo de Roxanne Langlois
Par Roxanne Langlois
Station de compression: soulagement pour les résidents du secteur ciblé
L'urbaniste pour la Ville de Granby Yani Authier, le directeur de l'urbanisme Dominique Desmet, Me Catherine Bouchard, directrice du Service juridique et greffière de la Ville de Granby et Catherine Baudin, conseillère municipale, ont pris part à la consultation du 13 février. (Photo : GranbyExpress-Roxanne Langlois)

MUNICIPAL. Les citoyens demeurant à proximité du lieu où Gazoduc Trans Québec & Maritimes (TQM) désirait construire une station de compression poussent un soupir de soulagement: ils sont ressortis satisfaits de la séance de consultation portant sur un changement de zonage prévu par les élus de Granby. Les modifications souhaitées relégueront tout projet similaire à deux zones industrielles de la Ville, loin de leurs propriétés.

Une poignée de Granbyens et Granbyennes ont assisté à l’événement, mercredi soir, qui visait à leur expliquer les tenants et aboutissements du projet de règlement mis de l’avant par le conseil municipal. Aucun représentant de la firme Gazoduc TQM n’était présent à cet événement public. Le projet de règlement prévoyant le changement d’usage dans le secteur convoité par la firme  dicte que les stations de compression n’y seront plus les bienvenues une fois la réglementation dûment entérinée.

«C’est une très, très belle décision de la Ville, parce que ça efface à peu près toutes les inquiétudes qu’on a… si c’est définitif», a exprimé un résident du secteur, Normand Gosselin. Une citoyenne, Gisèle Rainville, s’est aussi adressée aux représentants de la Ville mercredi soir pour les remercier d’avoir écouté ses citoyens dans ce dossier. Pierre Bell, un autre Granbyen qui s’était braqué contre l’initiative de Gazoduc TQM, partage d’ailleurs son avis. «Je pense que c’est de bon augure», a-t-il commenté au GranbyExpress à la sortie de la rencontre.

Et ensuite?

Les dés ne sont néanmoins pas officiellement jetés. La deuxième mouture du projet de règlement sera adoptée par le conseil municipal le 15 février à l’occasion d’une séance extraordinaire. Après un avis public publié le 20 février, les personnes désirant s’y opposer pourront, jusqu’au 28 février, déposer une requête signée par des propriétaires concernés.

«Si dans les délais, quelqu’un fait une demande avec des signatures, ce que ça génère, c’est que le conseil peut quand même adopter son règlement, mais pour entrer en vigueur, il devra obligatoirement être assujetti à un registre», explique Me Catherine Bouchard, directrice du Service juridique et greffière de la Ville de Granby. Dans le cas de la zone préconisée par TQM, à l’est du boulevard Pierre-Laporte, dix signatures seraient nécessaires.

Il serait désormais difficile pour Gazoduc TQM d’aller de l’avant là où elle le souhaitait. «Il faudrait que l’entreprise convainque un nombre suffisant de personnes de demander un registre pour défaire ce que la Ville tente de faire. On tombe dans l’improbable», admet Dominique Desmet, directeur du service de l’urbanisme.

Les représentants du promoteur ont désormais deux options à leur disposition. «Ou ils viennent nous revoir avec un tout autre projet limité au parc industriel, ou ils vont carrément ailleurs», précise le gestionnaire, qui n’avait pas été mis au courant des intentions de la compagnie lors de la séance publique. L’ajout d’usage dans les deux zones industrielles par la Ville pourrait également être contesté par des citoyens de ce secteur suivant le même processus.

Pourquoi, ce projet?

Gazoduc TQM souhaitait, dès 2021, procéder à la construction d’une nouvelle station de compression à Granby afin d’assurer l’approvisionnement en gaz naturel de la Montérégie et de l’Estrie. L’automne 2022 était dans la mire pour sa mise en service. Justifiée par une demande accrue, la compagnie prévoyait l’implantation d’infrastructures visant à renforcer son réseau de transport de gaz naturel en provenance de l’Ouest canadien. Cette dernière, qui en était toujours à la version préliminaire de son projet, avait ciblé une zone d’environ 200 mètres par 100 mètres située à l’est du boulevard Pierre-Laporte et au nord de l’actuel poste électrique d’Hydro Québec. L’un des critères ayant guidé ce choix était la proximité de lignes de gaz déjà existantes.

Lors d’une entrevue le mois dernier avec le GranbyExpress, le conseiller aux communications et aux affaires publiques chez TQM, David Laureti, avait clairement indiqué que le parc industriel de Granby n’était pas privilégié par l’entreprise: «Si on avait pu l’installer dans un parc industriel dédié à ce genre d’installation-là, c’est évident qu’on l’aurait fait».

Le coût du projet et le nombre de bâtiments inclus dans ces installations industrielles n’ont pas été spécifiés. Gazoduc TQM est une propriété à parts égales de TransCanada et d’Énergir (anciennement Gaz Métro).

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des