Des projets et encore des projets chez Vêtements SP

Photo de Eric Patenaude
Par Eric Patenaude
Des projets et encore des projets chez Vêtements SP
À son usine de Granby, Vêtements SP emploie 100 personnes. (Photo : GranbyExpress-Éric Patenaude)

ÉCONOMIE. Comptant déjà sur d’importants clients, dont Nike, Adidas et CCM, le fabricant d’uniformes sportifs, Vêtements SP, de Granby, n’entend pas regarder le train passer en 2019. La PME du boulevard Industriel se prépare à franchir une nouvelle étape de son existence en investissant plusieurs centaines de milliers de dollars dans le cadre de son projet de croissance.

Acquisition d’équipements, automation des activités de production, recrutement de main-d’œuvre et négociations avec de nouveaux partenaires d’affaires. Les nouveaux propriétaires de l’entreprise, Steve Bérard et Manon Bourget, ne vont pas manquer de défis au cours de la prochaine année. Un bon agenda pour le duo d’entrepreneurs qui s’est porté acquéreur de la PME à la suite d’un transfert d’entreprise complété vers la fin de 2018. Vêtements SP appartenait jusqu’à tout récemment à Serge Bérard, président et cofondateur de la compagnie.

«2018 a été une grosse année avec le transfert d’entreprise familiale», raconte Steve Bérard, président de Vêtements SP. L’homme d’affaires et sa partenaire, Manon Bourget, sont déjà très actifs pour amener de l’eau au moulin à leurs installations de Granby et chez 3B Hockey basée à Saint-Hyacinthe. Acquise par Vêtements SP en 2017, l’usine maskoutaine se spécialise dans la confection de chandails et de bas de hockey.

«De belles ententes sont en train de se signer. Ça va nous amener environ une hausse de 20 % de notre chiffre d’affaires ici à Granby. 20 % de plus, c’est le fun, mais ça amène des défis», mentionne Steve Bérard, président de Vêtements SP.

Pour atteindre ce nouveau plateau de productivité, le tandem à la tête de la PME entrevoit investir 500 000 $, avec le soutien de Desjardins et d’Investissement Québec, et créer une cinquantaine d’emplois, dont une quarantaine à Granby. Des postes de journalier et de couturières seront, entre autres, à pourvoir.

«On doit augmenter notre capacité de production et ça passe par l’achat de machineries et l’automatisation de nos processus», indique le fils du cofondateur de Vêtements SP.

Nouveaux marchés

Le fabricant d’uniformes sportifs jouit d’une excellente réputation dans son marché. Un atout important dans le jeu de Vêtements SP qui s’apprête à conquérir de nouveaux marchés à développer. Notons que le fabricant est déjà responsable de la garde-robe des équipes de la LNH, de la Ligue américaine de hockey et de la Ligue canadienne de hockey (junior majeur).

«On fait déjà presque toutes les ligues de hockey professionnelles et on continue notre percée dans le baseball. Ce qu’on rajoute à notre volume, c’est toujours dans le hockey», explique M. Bérard.

Pour son incursion dans le baseball, Vêtements SP compte sur le soutien des équipementiers Rawlings et Easton.

«Notre entreprise se positionne super bien dans le hockey, mais c’est un marché cyclique. Durant l’hiver, c’est un peu plus dur si bien qu’en ce moment, on travaille fort avec notre vice-président des ventes pour développer le baseball. C’est cette partie (de production) qui nous manque pour combler nos opérations de janvier à juin», affirme le président de Vêtements SP.

D’après Steve Bérard, l’arrivée de la PME granbyenne dans le losange survient au bon moment alors que l’attrait pour les produits textiles à faibles coûts en provenance de l’Asie se dissipe.

«Il y a eu une tendance dans les années 2000. Tout le monde est parti en Asie.» «Depuis deux ans, ce qu’on voit, c’est que le monde revient et les prix en Asie commencent à être moins compétitifs. Et de notre côté, on se différencie avec notre service à la clientèle et la qualité de notre produit, toujours dans de petits volumes», conclut le président.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des