Ninja warrior: deux Granbyens participent à la création d’une ligue québécoise

Photo de Roxanne Langlois
Par Roxanne Langlois
Ninja warrior: deux Granbyens participent à la création d’une ligue québécoise
Frère et sœur et collègues au quotidien, Judith et Patrick St-Laurent contribuent ensemble à faire rayonner le Ninja warrior partout en province. (Photo : Gracieuseté-Motion Parc Évolutif)

SPORTS. Le propriétaire de Motion Parc Évolutif de Granby, Patrick St-Laurent, ainsi que sa sœur Judith, à la barre du marketing et des communications du centre, font concrètement évoluer le Ninja warrior en province. Tous deux ont contribué à lancer la Ligue Ninja Québec, qui a officiellement vu le jour le 27 février dernier.

«C’est vraiment un super beau défi. On voit ça très positivement. Quand on a ouvert le centre, on ne l’aurait pas cru si on nous avait dit qu’on créerait une ligue dans la première année», lance M. St-Laurent, qui préside désormais l’organisation.

Avec la popularité grandissante de cette toute nouvelle discipline, les lieux où l’exercer se multiplient également. Alors que des compétitions s’organisent aux quatre coins de la province, l’idée de s’unir s’est imposée. C’est notamment lors du tout premier championnat québécois tenu en novembre dernier que ce besoin s’est fait sentir.

«Ce que l’on a remarqué c’est qu’il y a avait beaucoup de questionnements chez les athlètes et même chez les organisateurs concernant la façon dont on pourrait standardiser les événements», explique Patrick St-Laurent. Le quatuor, complété par le copropriétaire de la Base Plein air Bootcamp d’Hatley  Éric La Violette  et  par le propriétaire de centre MST fitness de Saint-Hyacinthe Mathieu St-Ours, s’est ainsi donné la mission de simplifier les choses. Le comité vise à promouvoir et à développer le sport de façon sécuritaire et de manière uniforme.

«À partir du moment où l’on a une ligue, on peut créer un système de pointage pour les athlètes qui peuvent cumuler des points tout au long de l’année avec des sites qui font partie d’un circuit», ajoute l’entrepreneur. Les compétiteurs auront aussi plus facilement accès à différentes ressources offertes.

Jusqu’ici, la création de la ligue a été reçue de façon très positive par les adeptes et les différents lieux où ils s’élancent. «Ce n’est que le début. Il y a déjà quelques centres qui nous ont contactés quand ils ont vu passer la nouvelle parce qu’ils aimeraient se joindre à nous. C’est super, parce qu’avec l’expertise de tout le monde, ça va permettre au Ninja warrior de grandir plus rapidement au Québec», se réjouit M. St-Laurent.

Selon lui, l’existence de cette nouvelle instance et la visibilité qui en découlera pourraient contribuer à attirer chez nous des compétiteurs d’ailleurs, par exemple des États-Unis. L’arrivée de ces derniers pourrait constituer une motivation supplémentaire pour les athlètes de chez nous, croit Patrick St-Laurent, qui s’attend à voir une «belle compétitivité» naître.

Précisons que Motion Parc Évolutif deviendra en avril  le premier centre québécois à accueillir une compétition du circuit américain Ultimate Ninja Athlete Association (UNAA), celui-ci étant membre de cette association depuis janvier dernier.

Quant au comité, il œuvre actuellement à la mise sur pied d’un site Web, prochainement accessible, qui présentera tous les détails de la ligue ainsi que les règles de bases établies pour le volet compétitif. D’ici là, les sportifs et centres intéressés à entrer en contact avec les responsables peuvent le faire via la page Facebook Ligue Ninja Québec.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des