Collision à Granby: le garçon va s’en tirer

Photo de Roxanne Langlois
Par Roxanne Langlois
Collision à Granby: le garçon va s’en tirer
(Photo : GranbyExpress-Roxanne Langlois)

FAITS DIVERS. Le garçon grièvement blessé dans l’importante collision survenue hier en fin d’après-midi à Granby est hors de danger. Sa petite sœur lutte toutefois toujours pour sa vie à l’heure actuelle.

Une famille de Bromont a vécu un véritable cauchemar mardi. Pour une raison encore indéterminée, une voiture à bord de laquelle prenaient place trois de ses membres est entrée en collision avec  un semi-remorque ainsi qu’un camion à l’angle des rues Cowie et Simonds Sud vers 16h35. La voiture a subi un violent impact.

Le père, un homme de 41 ans, a été blessé, mais a obtenu son congé de l’hôpital de Granby dans la nuit de mardi à mercredi. Ses enfants, un garçon de douze ans et une fillette de neuf ans, ont tous deux été immédiatement transférés au CHUS Fleurimont de Sherbrooke.

Le Service de police de Granby (SPG) confirmait, en début d’après-midi mercredi, que le garçon de douze ans serait tiré d’affaire. Sa sœur de neuf ans reposait néanmoins toujours dans un état critique au moment d’écrire ces lignes.

Rappelons qu’un troisième enfant, qui se trouvait à bord du semi-remorque impliqué dans l’accident, a subi des blessures mineures. Les conducteurs des deux camions s’en sont quant à eux sorti indemnes.

L’enquête toujours en cours

Un enquêteur en collision de la Sûreté du Québec (SQ) s’est déplacé, mardi en début de soirée, afin de tenter d’éclaircir les circonstances du drame. Le SPG n’est pas encore en mesure d’expliquer avec certitude les événements. L’enquête se poursuit afin de déterminer les causes de la collision.

«Il y a encore plusieurs éléments à vérifier, on a des témoins à rencontrer, des caméras des commerces autour à regarder et l’analyse des véhicules à faire. Il y a encore beaucoup de vérifications à faire», explique Caroline Garand, du SPG. Le conducteur de la voiture n’a pas encore été rencontré par les autorités; celui-ci constitue un témoin clé.

Les hypothèses d’une vitesse excessive ou d’une conduite avec les facultés affaiblies sont écartées par les autorités. Il est possible, selon le SPG, que l’un des véhicules impliqués ait omis de s’immobiliser au feu rouge.

Plus de détails à venir

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des