Francofête 2019: célébrer la langue française, du poème à l’assiette

Photo de Roxanne Langlois
Par Roxanne Langlois
Francofête 2019: célébrer la langue française, du poème à l’assiette
De nombreux membres du comité organisateur de la Francofête et dignitaires étaient présents, jeudi matin, pour le lancement de la programmation de l'événement. (Photo : GranbyExpress-Roxanne Langlois)

FRANCOPHONIE. Les Granbyens et Granbyennes sont encore cette année invités à venir célébrer l’amour qu’ils portent pour la langue de Molière: l’Association Québec-France Haute-Yamaska (AQFHY) les convie à une variété d’activités dans le cadre de la Francofête, du 17 au 24 mars prochain.

Les organisateurs ont procédé, jeudi matin, à l’annonce des événements qui ponctueront la semaine, la vingtième du genre à être organisée. Celle-ci vise à rendre hommage à la langue française et à souligner l’importance de la mettre en valeur. «Le message, c’est qu’il faut se serrer les coudes entre francophones», ajoute Suzanne Robert, vice-présidente de l’AQFHY.

Cette dernière a d’ailleurs personnifié l’écrivaine franco-manitobaine Gabrielle Roy lors de la conférence de presse donnant le coup d’envoi des activités, rappelant du même coup que la francophonie n’est pas une question de territoire.

«Il faut être fiers d’être francophones, peu importe d’où on est au pays», plaide quant à lui le député fédéral de Shefford, Pierre Breton. Celui-ci a d’ailleurs rappelé qu’environ quatre millions de Canadiens parlent français à l’extérieur du Québec. «Il n’y a rien de gagné», a quant à elle souligné l’une des grandes ambassadrices de la culture à Granby, France Arbour, relativement à l’importance de protéger la langue française en 2019.

La Francofête s’ouvrira dès 13h le dimanche 17 mars avec Du plaisir avec les sons ou Du fun avec les phones, une activité présentée par France Arbour dans le foyer du Palace. Celle qui maîtrise sept langues et se débrouille dans quatre autres démontrera, dans le cadre de ce qui pourrait être la toute dernière leçon de phonétique de l’ancienne professeure, qu’apprendre des langues étrangères est à la portée de tous. «Je vais prouver à tout ce monde-là qui va venir que nous sommes tous nés polyglottes et que nous pouvons le devenir», plaide la comédienne.  Le soir même, Bonbon Vodou sera en spectacle au même endroit et présentera sa musique aux sonorités de l’Île de la Réunion et de l’Afrique.

La semaine culinaire attendra ensuite les gourmets et curieux du 18 au 21 mars; chaque jour, des chefs feront découvrir des mets, chez Provigo ou à la Poissonnerie Cowie, aux participants. «On se sert du talent de chefs d’ici pour, finalement, nous agrémenter les papilles. Ce sont souvent des mets issus de la cuisine française ou même créole», explique Mme Robert.

Deux activités seront ensuite consacrées à l’univers de poètes francophones: le vendredi 22 mars, l’anthologie de la poésie québécoise sera présentée à la bibliothèque Paul-O.-Trépanier dès 19h45. «Nous aurons trois poètes d’ici sur place qui vont réciter leurs œuvres et parler de leur parcours», explique la vice-présidente de la AQFHY. Le lendemain, Des peintres et des poètes prendra son envol sur le coup de 13h30. Six artistes s’adresseront en alternance au public dans le cadre de cet échange.

Des traditions se perpétuent

Le café étudiant du Cégep de Granby sera animé, le dimanche 24 mars dès 12h. L’institution collégiale présentera en effet l’événement phare du Réseau Québec-France, Tourismots, qui comprend des jeux linguistiques et la traditionnelle Ludictée. L’activité, ouverte au grand public, portera cette année sur le thème de l’Abitibi-Témiscamingue. Précisons que cette année, c’est le maire de Val d’Or, Pierre Corbeil, qui procèdera à la lecture de la dictée.

Une autre activité fortement courue chaque année, le Souper de la francophonie, sera également de retour ce jour-là. Celui-ci aura lieu à La maison Chez-Nous, rue Mountain. Le conférencier invité pour l’occasion sera l’animateur et comédien Marc-André Coallier. «Il était très content d’accepter. Il va venir nous parler de comment il a gagné sa vie en français, comme son père et comme son frère», explique Mme Arbour.

Pour les détails des activités et pour tout savoir sur l’Association Québec-France Haute-Yamaska, visitez le www.regionalehauteyamaska.com.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des