Le Zoo protégera un oiseau menacé dans son milieu naturel

Photo de Vincent Lambert
Par Vincent Lambert
Le Zoo protégera un oiseau menacé dans son milieu naturel
Pose d’un émetteur de télémétrie sur un Martinet ramoneur adulte afin de suivre ses déplacements à distance. (Photo : Zoo de Granby)

FAUNE. Le Martinet ramoneur est un oiseau qui migre sur une distance d’environ 6 000 kilomètres pour venir s’installer au Québec après l’hiver.  Les changements climatiques compliquent son long parcours et menacent par le fait même sa survie. Le Zoo de Granby a décidé de se tourner vers un projet ambitieux pour protéger cette espèce.

Au cours des trois prochaines années, le Zoo de Granby étudiera le Martinet ramoneur dans son état naturel, ce qui n’a pas encore vraiment été réalisé par ses partenaires.

Le député de Shefford, Pierre Breton, annonce que le gouvernement du Canada investit 84 500 $ dans le projet du Zoo de Granby. (Photo: Granby Express-Vincent Lambert)

«Normalement, nos collègues dans la conservation étudient davantage les Martinets dans les cheminées d’habitation, commente Patrick Paré, directeur de la conservation et de la recherche au Zoo de Granby. De notre côté, on veut se tourner vers le milieu naturel. C’est un projet ambitieux. On aimerait capturer des oiseaux, leur mettre des émetteurs et les suivre avec des antennes télémétriques pour essayer de trouver les endroits où ils vont nicher et élever leur couvée.»

Cette démarche permettra au Zoo de Granby de protéger lesdits habitats et mettre davantage en valeur le Martinet ramoneur. «Il est selon moi un oiseau vraiment emblématique de son groupe d’oiseaux qu’on appelle les insectivores aériens, confie M. Paré. Il capture les insectes en vol pour les consommer.  On estime sa population à environ 12 000 individus au Canada et à 2 500 au Québec.»

Dans les 50 dernières années, peu d’oiseaux ont été vus en milieu naturel en train de nicher et d’élever leur couvée, poursuit le directeur de la conservation et de la recherche du Zoo de Granby. Si on peut découvrir plus de connaissances, on va pouvoir faire plus d’actions concrètes pour sa protection.»

Le projet d’envergure du Zoo de Granby se fera dès le mois de mai dans la région de Lac-Édouard, en Haute-Mauricie, et ce, en collaboration avec le Sanatorium historique du Lac-Édouard et l’Observatoire d’oiseaux de Tadoussac.

«C’est probablement la population la plus nordique que l’on trouve en Amérique du Nord», fait remarquer Patrick Paré.

Ottawa investit 84 500 $

Le gouvernement du Canada a annoncé qu’il investira la somme de 84 500 $ dans le projet développé par le Zoo de Granby.

« Nous sommes déterminés à préserver notre patrimoine naturel et c’est pourquoi nous faisons les plus importants investissements dans la conservation de la nature de l’histoire du Canada, commente le député de Shefford, Pierre Breton.  Les mesures de préservation mises de l’avant par le Zoo de Granby dans le cadre de son projet en lien avec le Martinet ramoneur permettront de continuer concrètement au rétablissement de cette espèce en péril.»

«Sans ce montant-là, on ne pourrait pas mener à terme un projet comme celui de la protection du Martinet ramoneur, note M. Paré.

Précisons qu’un montant de 35 000 $ est octroyé par le gouvernement du Canada dans le cadre du Programme d’intendance de l’habitat d’Environnement et Changement climatique Canada. Ce ministère offrira par ailleurs un appui d’une valeur de 49 500 $ en équipement et en soutien professionnel.

Pour sa part, le Zoo de Granby investit la somme de 33 300 $ alors que ses partenaires ajoutent un montant de 14 000 $.

L’investissement total de ce projet visant la protection du Martinet ramoneur est évalué à 131 800 $.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des