Yann-Félix Lapointe guidé par sa passion

Photo de Vincent Lambert
Par Vincent Lambert
Yann-Félix Lapointe guidé par sa passion
Yann-Félix Lapointe a connu la meilleure saison de sa carrière dans la LHJMQ cette année. (Photo : Gracieuseté-Vincent Lévesque-Rousseau-Phoenix de Sherbrooke)

HOCKEY. Originaire de Granby, Yann-Félix Lapointe est devenu un pilier à la défensive pour le Phoenix de Sherbrooke. Il a connu sa meilleure saison dans le circuit Courteau avec une récolte de 28 points en 68 parties. La recette de son succès n’est pas un secret: il a gagné en confiance et s’est présenté au camp d’entraînement plus prêt que jamais.

«Cette année, je me suis fait plus confiance et sans nécessairement effectuer des jeux risqués, j’ai commencé à lancer plus au but et à me porter à l’attaque, confie le numéro 77 du Phoenix de Sherbrooke. Je pense que ça m’a beaucoup aidé et j’ai eu plus de temps de glace. Les entraîneurs m’ont donné plus de responsabilités et je pense que c’est pour ça que ça a bien fonctionné.»

Après la saison 2017-2018, Yann-Félix Lapointe a eu une rencontre avec ses entraîneurs pour qu’il puisse améliorer certains aspects de son jeu au cours de l’été. Ça aura été bénéfique puisqu’il est devenu un pilier à la défensive sherbrookoise.

«Je suis arrivé au camp et je n’ai pas eu une période d’adaptation, remarque celui qui disputera sa dernière campagne dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) en 2019-2020. Ma dernière saison fut celle où je suis arrivé le plus prêt mentalement et physiquement.»

Depuis les deux dernières années, Yann-Félix Lapointe a beaucoup amélioré son coup de patin. Maintenant, il souhaite être encore plus fort du haut du corps pour pouvoir «tasser les gars en avant du but et être plus difficile à jouer contre, explique-t-il. Je pense que c’est un avantage et je vais travailler là-dessus.»

«Il a progressé beaucoup depuis son arrivée, ça, c’est sûr, assure l’entraîneur-chef du Phoenix, Stéphane Julien. C’est un gars qui a amélioré toutes les parties de son jeu. Cette année, on l’a utilisé en avantage numérique. Il a amélioré son lancer et est plus constant dans sa première passe. On l’a utilisé à toutes les sauces durant la saison et c’est ce qui a fait qu’il est devenu presque notre défenseur numéro un.»

Une saison au-delà des attentes

Au début de la saison, les attentes n’étaient pas très élevées vis-à-vis le Phoenix de Sherbrooke, notamment en raison de la jeunesse et du manque d’expérience. Malgré tout, les joueurs ont accepté la vision de l’entraîneur-chef Stéphane Julien et ont terminé en 10e position au classement général de la LHJMQ.

«Les gens nous voyaient comme une équipe de fond de classement, raconte le Granbyen. C’est la première fois que je vois dans une équipe un groupe aussi soudé. Il n’y a pas d’écart entre les vétérans et les recrues. Ça fait en sorte que même quand ça va mal, on est capable de se serrer les coudes.  Les gars ont acheté le plan de match et quand tout le monde y croit, ça va super bien.»

Même si le Phoenix de Sherbrooke s’est incliné en deuxième ronde des séries éliminatoires contre une puissance comme les Voltigeurs de Drummondville, Yann-Félix Lapointe est fier de ce que le groupe de joueurs a réussi à accomplir cette année, notamment en première ronde contre l’Armada de Blainville-Boisbriand.

«On s’est fait surprendre au premier match (défaite de 5-1) parce qu’on pensait que ça allait être facile, reconnaît le défenseur. L’Armada nous a rappelé que ça ne le serait pas. Parce qu’on a un groupe solide, ça n’a pas été difficile de rebondir. On s’est parlé et on a pagayé dans la même direction. On a bâti là-dessus et on a gagné cette série-là.»

«Le premier match contre Drummondville n’a pas été facile, affirme Yann-Félix Lapointe. Je pense qu’on a été un peu impressionné par les Voltigeurs. On a beaucoup de jeunes joueurs qui ont parfois eu peur de faire des erreurs. On s’est parlé et on s’est dit ce qu’on devait faire. C’est sûr qu’on aurait aimé mieux faire parce qu’on est jamais assez satisfaits.»

Rappelons que le Phoenix de Sherbrooke a remporté sa première série contre l’Armada 4-1 et a perdu sa deuxième contre les Voltigeurs de Drummondville 4-1.

Un joueur apprécié de ses coéquipiers

Yann-Félix Lapointe n’est pas le joueur le plus bavard dans la chambre, mais il est apprécié de ses coéquipiers. Le plan du Phoenix de Sherbrooke est de l’avoir dans son alignement la saison prochaine comme l’un des joueurs de 20 ans, en compagnie de Félix Robert et d’Alex-Olivier Voyer.

«Pour l’instant, c’est eux qui font partie de notre groupe de trois  20 ans, confirme Stéphane Julien. Dans ce marché-là, on ne sait jamais ce qui peut arriver, mais notre plan est que ces joueurs soient là l’année prochaine. Yann-Félix a un bon leadership et son rôle sera accentué dans l’équipe. La continuité est très importante.»

Beaucoup de jeunes joueurs vont revenir avec le Phoenix à l’automne prochain. De son côté, Yann-Félix Lapointe ne veut pas changer son approche, même s’il sera l’un des vétérans de 20 ans.

Je ne veux pas essayer de changer, admet-il. Je veux rester comme je suis et je pense que ça va bien aller. Je suis le genre de gars qui montre l’exemple et les joueurs peuvent se confier à moi.»

S’il ne suscite pas l’intérêt d’une équipe professionnelle, Yann-Félix Lapointe se laissera guider par sa passion pour ce qui concerne son avenir. «C’est difficile à savoir parce que le hockey est quelque chose de tellement incertain. S’il y a un programme qui m’intéresse, je vais peut-être aller jouer universitaire ou même en Europe. C’est le hockey qui va me guider comme depuis toujours.»

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des