Frey Guevara prêt à prendre le flambeau

Photo de Vincent Lambert
Par Vincent Lambert
Frey Guevara prêt à prendre le flambeau
Frey Guevara apportera sa propre couleur dans la gestion de l'organisme, tout mettant en pratique ce qu'il a appris de sa prédécesseure, Joanne Ouellette. (Photo : Granby Express-Vincent Lambert)

RELÈVE. Bénévole avant de devenir employé, le Granbyen d’adoption Frey Guevara a gravi les échelons de l’organisme Solidarité ethnique régionale de la Yamaska (SERY) au cours des dernières années. Aujourd’hui, il est prêt à prendre le flambeau que portait bien haut l’ancienne directrice générale, Joanne Ouellette.

Depuis le 20 juin, Frey Guevara est à la direction générale de SERY. Même si rien n’est de tout repos puisqu’il doit prendre connaissance de tous les dossiers qui sont sur son bureau, le nouveau patron de l’organisme estime avoir tous les outils nécessaires pour poursuivre le mandat de son équipe.

«C’est sûr que je dois faire ma place, à ma façon, et que je dois mettre ma couleur dans la gestion de l’organisme, explique le principal intéressé. Mon expérience en tant que client, employé et maintenant comme [directeur général] me permet d’avoir une vision large et de pouvoir continuer la mission d’accueillir et d’intégrer les gens qui viennent d’ailleurs.»

Même si elle a quitté l’organisme, l’ancienne directrice générale, Joanne Ouellette, sera encore une ressource importante pour M. Guevara dans le transfert de connaissances.

«C’est un avantage que l’organisme a de savoir qu’elle reste là comme consultante, se réjouit-il. Le transfert de connaissances ne se fait pas facilement. Il y a encore plein de détails qui sont dans sa tête. Alors, lorsqu’on aura besoin de consolider une information, on pourra faire appel à elle pour le traitement de certains dossiers.»

Durant les années qu’il a travaillé aux côtés de Mme Ouellette, Frey Guevara a appris à ne jamais lâcher, peu importe ce qui peut arriver dans le milieu communautaire.

«La chose  que je garde le plus en tête, c’est qu’il faut toujours être persévérant, insiste l’ancien directeur général adjoint. Le défi auquel on est confronté dans le monde communautaire n’est pas évident. Il ne faut pas lâcher prise; il faut toujours être persévérant. Je pense que c’est le plus grand héritage que je reçois de [Joanne Ouellette].»

Avancer dans le même sens

Frey Guevara est reconnaissant de ce que lui a apporté son ancienne collègue Joanne Ouellette. Son apprentissage auprès d’elle ne s’est pas seulement fait alors qu’elle était directrice générale. Bien au contraire. M. Guevara explique qu’elle lui a été d’une précieuse aide dès qu’il a intégré l’organisme il y a une quinzaine d’années, et ce, tout au long de sa carrière.

«Avant, elle était intervenante pour moi, se souvient-il. Elle m’a accueilli,  m’a aidé à préparer mon CV et mon orientation professionnelle. Elle est plus tard devenue une collègue et ensuite [ma patronne].»

Le Granbyen d’adoption a toujours eu à cœur le développement de l’organisme même lorsqu’il était bénévole. Aujourd’hui, il souhaite poursuivre ce qui a été mis en place par Mme Ouellette pour assurer une pérennité dans le temps.

«Je veux continuer d’explorer et d’innover, toujours avec l’objectif de faciliter l’intégration des personnes [immigrantes].»

«Je pense que j’ai fait quasiment tous les chemins à l’intérieur de l’organisme, poursuit M. Guevara. Ma vision globale et ma compréhension vont me permettre de faire avancer [l’organisme] dans le même sens.»

Saluer la décision

Le nouveau directeur général de SERY compte gérer l’organisme en collaboration avec la directrice générale adjointe, Céline Gagnon, dont celle-ci voit d’un bon œil l’arrivée en poste de son collègue.

Selon elle, l’ouverture de Frey Guevara permettra à SERY de se développer et d’aller vers de nouvelles possibilités.

«C’est intéressant qu’il y ait quelqu’un de l’équipe qui a quand même une expérience assez grande de terrain et d’intervention en tant qu’immigrant, dit-elle. Il prend la direction générale avec un grand parapluie qui lui permet de voir beaucoup de choses et de gérer de façon à ce qu’on donne le meilleur service possible aux immigrants.»

Formé d’abord comme producteur audiovisuel à son arrivée à Granby, Frey Guevara a finalement décidé de s’impliquer dans le milieu communautaire. Il a voulu mettre son expérience de personne immigrante aux profits des autres pour pouvoir donner ce qu’il avait déjà reçu de la part de l’organisme.

Prochainement, SERY recevra dans la région la visite du Comité consultatif des personnes immigrantes, le 28 août, et tiendra, en octobre, son spectacle interculturel, qu’il souhaite développer davantage au cours des années à venir.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des