SOS Dépannage reprend le dessus

Photo de Vincent Lambert
Par Vincent Lambert
SOS Dépannage reprend le dessus
Sur la photo: Éric Vachon, responsable de SOS Dépannage, en compagnie de Julie Cadorette, coordonnatrice de tri et de l'arrivée de marchandise au sein de l'organisme. (Photo : Granby Express-Vincent Lambert)

COMMUNAUTAIRE. Parce que SOS Dépannage a reçu dernièrement un taux important d’objets, dont plusieurs en mauvais état, il a été forcé de fermer pendant un mois son centre de réception de matériel. Maintenant rouvert, celui-ci a vu son inventaire diminuer de presque de moitié. L’organisme est prêt à accueillir de nouveau les dons, mais il invite la population à faire «un meilleur tri».

SOS Dépannage apprécie la générosité de la population. Cependant, il sollicite sa participation afin qu’elle apporte seulement des objets en bon état étant donné qu’il n’y a pas de service de réparation au sein de l’organisme.

«La population est vraiment géniale dans la région, insiste Julie Cadorette, coordonnatrice du tri et de l’arrivée de marchandise. Elle est vraiment avec nous. La problématique qu’on a eue, c’est que les gens n’étaient pas nécessairement conscients de ce qu’on fait. Ils nous amenaient beaucoup de marchandise, mais elle n’était pas nécessairement adéquate. Ça rentrait tellement vite qu’on n’était pas capable de tout trier. Il y a des affaires qu’on devait donc mettre en boîte et passer très rapidement.»

Avant la fermeture du centre de réception de matériel, qui s’est déroulée du 13 juillet au 11 août inclusivement, 70 % de la marchandise qui se trouvait dans les entrepôts ne pouvait être vendue.

«Il y avait peut-être un 30 % de marchandise qui était adéquate, estime Mme Cadorette. On était en train de garnir les entrepôts, mais pas nécessairement avec de la marchandise [en bon état]. On s’est dit qu’on devait absolument arrêter tout pour un mois puis descendre notre inventaire le plus possible et revoir en même temps [la façon de faire].»

Résultat: SOS Dépannage a réussi à réduire de près de la moitié l’inventaire qu’elle peut trier présentement. L’organisme avait par ailleurs déménagé tous ses employés de la manutention qui s’occupaient du premier tri à des postes de travail où des gens étaient en vacances.

Le manque d’espace et de personnel ont obligé SOS Dépannage à prendre cette décision. Il espère toutefois que les ajustements apportés éviteront que la situation se répète.

Éduquer la population

SOS Dépannage compte distribuer des affiches et des aide-mémoires à la population afin qu’elle soit au courant de ce qui est accepté ou non par l’organisme. L’information sera par ailleurs diffusée sur le Web et sur les réseaux sociaux.

«Il y a eu de mauvaises perceptions; on va faire en sorte de livrer un message pour que les gens comprennent, commente Éric Vachon, responsable pour SOS Dépannage. Ce qu’on veut faire, c’est de l’éducation à la population. Celle-ci nous soutient déjà, mais c’est important qu’elle fasse juste un petit bout de chemin de plus.»

L’organisme invite donc les citoyens à faire un meilleur tri des objets qu’ils souhaitent donner et si «les items sont défectueux ou brisés, qu’ils les apportent à l’écocentre», souligne M. Vachon. «On va avoir moins de manipulation à faire et on va être beaucoup plus efficace dans ce qu’on fait aussi», ajoute-t-il.

Parce que la population granbyenne offre son soutien depuis longtemps à SOS Dépannage, l’organisme a bon espoir qu’elle saura comprendre son appel à la collaboration.

«Tous les objets qui sont recueillis sont remis en vente dans le Magasin général, rappelle M. Vachon. Les profits qu’on fait servent à faire fonctionner la Banque alimentaire parce que même l’été, la faim ne prend pas de vacances. Les gens doivent comprendre que si on ne fait pas de profits, la Banque alimentaire ne fonctionne pas. On a besoin de vraiment tout parce que le Magasin est une gigantesque boîte aux trésors. C’est tellement diversifié. Chaque item qui est en bonne qualité de revente est intéressant pour nous parce qu’il y a des gens qui sont justement à la recherche de la perle rare ou du petit morceau spécial.»

Un comité sera mis en place en septembre avec différents organismes, comme celui de SOS Dépannage, qui font de l’économie sociale pour partager des idées ou bien des stratégies afin qu’ils soient les plus efficaces possible. Rappelons que SOS Dépannage est reconnu comme un organisme vert par la Ville de Granby.

«On travaille fort pour éviter l’enfouissement, indique Éric Vachon. Si on ne veut pas laisser une montagne de déchets aux générations à  venir, tout le monde doit mettre la main à la pâte.»

Articles acceptés en bon état

Vêtements, chaussures et accessoires

Vaisselle et articles de cuisine

Bijoux

Articles de sport, jouets, jeux

Outils

Articles refusés

Imprimantes

Pôeles au gaz

Télévisieurs à écran cathodique

Pièces automobiles

Bureaux de travail en métal ou mélamine

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des