Un baptême rempli de bonheur pour des élèves du CRIF

Photo de Vincent Lambert
Par Vincent Lambert
Un baptême rempli de bonheur pour des élèves du CRIF
Les élèves du CRIF ont eu récemment beaucoup de plaisir à pratiquer le pickleball. (Photo : Gracieuseté)

PICKLEBALL. Une vingtaine d’élèves du CRIF atteints de déficience intellectuelle ont vécu un moment bien spécial récemment; ils ont joué pour la première fois au pickleball. Les sourires étaient visibles sur bien des visages.

«Ça a été la plus belle expérience d’introduction au pickleball qu’on n’a jamais fait», s’est réjouit l’instructeur et ex-responsable de cette discipline sportive à Granby, Mario Bélanger.

Habitué d’introduire le pickleball à qui le veut, M. Bélanger a cette fois enseigné les rudiments du sport à une nouvelle clientèle, et ce, en compagnie de sa femme, Carole Bélanger, et de son bon ami, Marquis Turcotte.

Cette activité leur avait été proposée par le CRIF et ils ont accepté avec grand plaisir l’invitation. Le succès n’a pas tardé à se faire sentir auprès des élèves. M. Bélanger et son équipe n’ont seulement eu qu’à fournir les balles et les raquettes.

«C’était vraiment intéressant, a confié le principal intéressé. Tout le monde écoutait comme il faut. C’est le fun parce que ces personnes-là ont toujours le sourire et aiment la vie.»

Les élèves du CRIF ont adoré participer à cette activité, qui s’est déroulée au petit gymnase du Cégep de Granby. Une lumière s’allume dans leurs yeux quand on prononce le mot «pickleball». Souhaitent-ils réessayer le sport dans un avenir rapproché? Absolument.

«On a bien aimé ça; c’était vraiment cool, ont indiqué Roxanne, Anthony et Annie. C’est un peu difficile, mais c’est super le fun à jouer. On a aimé lancer la balle. C’est plus facile que le badminton.»

Quand on pose la question à Mario Bélanger s’il souhaite répéter l’expérience de son côté: il n’hésite pas une seule seconde. Son objectif est de voir le pickleball gagner encore plus de terrain à Granby.

«On est tout le temps ouverts à des groupes comme celui-là. Quand on a fini l’activité, un élève est venu voir ma femme et l’a remerciée de lui avoir donné du bonheur. C’est plaisant de faire du bénévolat comme ça. Quand tu vois des sourires, c’est ça qui est notre salaire.»

Une activité valorisante

L’enseignant au service de formation à l’intégration sociale au CRIF, Stéphane Nadon, est celui qui a eu l’idée d’introduire le pickleball aux élèves atteints de déficience intellectuelle, et ce, après avoir essayé le sport avec son père, âgé de 75 ans.

«Je me suis dit que possiblement les élèves pourraient avoir les capacités physiques pour faire ça, a-t-il commenté. En règle générale, ce sont des gens qui sont un peu plus sédentaires. Donc, on essaie de prendre toutes les occasions pour justement les faire bouger.»

«C’est un sport plus accessible, je trouve, pour les personnes qui ont des mobilités un peu réduites, a fait remarquer pour sa part, Isabelle Lemoine, aussi enseignante au service de formation à l’intégration sociale. C’est facile  à adapter. On est allé chercher des élèves qui nous ont vraiment impressionnés.»

Éventuellement, l’équipe du CRIF aimerait aller chercher le financement nécessaire pour se procurer le matériel permettant à ses élèves atteints d’une déficience intellectuelle de jouer plus souvent au pickleball. Elle profiterait par ailleurs du partenariat avec le Cégep de Granby pour avoir un plateau de jeu.

Selon les deux enseignants, l’introduction au pickleball a été quelque chose de «super valorisant» pour les élèves. «Ils étaient vraiment intéressés et c’était le fun de les voir aller, a noté Mme Lemoine. Ça a été unanime pour qu’on refasse l’activité!»

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des