La tournée «Un emploi en sol québécois» de passage à Granby

Photo de Eric Patenaude
Par Eric Patenaude
La tournée «Un emploi en sol québécois» de passage à Granby
Outre les entrevues ciblées, les candidats déjà sélectionnés ont notamment pu en apprendre un peu plus sur les avantages de vivre dans la région de Granby auprès de divers organismes. (Photo : GranbyExpress-Éric Patenaude)

EMPLOYABILITÉ. La pénurie de travailleurs se vit ici comme ailleurs au Québec depuis les dernières années. Et ce ne sont pas les initiatives qui manquent pour tenter de dénouer l’impasse en matière de recrutement. En pleine tournée provinciale, la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) est débarquée à Granby, vendredi, avec son programme «Un emploi en sol québécois». Son objectif? Vendre la région à des travailleurs immigrants qualifiés.

Benoît Malric, directeur projets immigration à la Fédération des chambres de commerce du Québec. Photo: GranbyExpress-Éric Patenaude

Une quarantaine d’entreprises à la recherche de perles rares ont accueilli plus de 80 chercheurs d’emploi provenant de la région métropolitaine à La Grillade qui a servi de salle d’entrevues pour les besoins de l’événement.

Outre la possibilité d’avoir des entrevues ciblées, les candidats déjà sélectionnés ont notamment pu en apprendre un peu plus sur les avantages de vivre dans la région de Granby auprès de divers organismes (Solidarité Ethnique Régionale de la Yamaska, Cégep de Granby, Tourisme Granby). Dîner-témoignages, visites d’entreprise chez Mécan-Hydro et la Fabrique du Matelas, tour guidé en autobus dans les rues de la ville. Granby Industriel et la Chambre de commerce Haute-Yamaska (CCHY) ont mis le paquet lors de cette opération séduction.

«La pénurie, la rareté (…). Appelez-la comme vous voulez, elle est encore présente. Qu’importe ce qu’on va faire au cours des deux, trois prochaines années, je pense qu’on en a encore pour huit, dix ans. Nous, notre but, c’est d’essayer de limiter l’hémorragie le plus possible en créant des événements comme ça», a indiqué la directrice générale de la CCHY, Claude Surprenant.

Pour participer à la journée de la FCCQ, les candidats devaient répondre à trois critères, soit de maîtriser la langue française, résider au Québec depuis moins de cinq ans et être diplômés.

«On voulait vraiment avoir des candidats spécialisés qui répondent aux critères du Gouvernement du Québec dans le cadre de ce programme afin d’offrir à nos entreprises des gens ayant une spécialité que nous n’avons peut-être pas en ce moment dans la région», a expliqué Mme Surprenant.

Mis de l’avant par la FCCQ, le programme «Un emploi en sol québécois» vise à contrer le chômage chez les travailleurs immigrants. «Les personnes immigrantes s’établissent majoritairement à Montréal (80 %). Alors que 55 % de l’emploi est en région (…). Nous, dans le fond, nous sommes le pivot pour faciliter aux personnes immigrantes l’accès aux employeurs des régions», a fait savoir Benoit Malric, directeur projets immigration à la FCCQ.

Notons que Granby Industriel a profité de la manne de visiteurs pour tenir au même moment son activité de recrutement Destination Emploi.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des