Se souvenir des «sacrifices humains» pour la sécurité d’aujourd’hui

Photo de Vincent Lambert
Par Vincent Lambert
Se souvenir des «sacrifices humains» pour la sécurité d’aujourd’hui
Sur la photo: Joan Rodrigue, épouse de M. Rodrigue ainsi que les Vétérans membre du regroupement Daniel Rodrigue (président), Jean-Pierre Desrosiers, Benoit Garneau (vice-président), Dominique (Biker) Larroza et Maria Beede (relations publiques). (Photo : Granby Express-Vincent Lambert)

CÉRÉMONIE. Des milliers de soldats canadiens ont laissé, dans le passé, leur vie sur le champ de bataille au détriment de la sécurité de leur pays. Les Vétérans de la région ne l’ont pas oublié et tiennent à le rappeler. Une cérémonie officielle pour le jour du Souvenir revivra, après quatre années d’absence, au parc Victoria de Granby.

«En tant que Vétéran, ça me touchait de voir qu’il n’y avait pas de cérémonie ici, fait valoir Daniel Rodrigue, président du regroupement des Vétérans UN-NATO Canada pour la région de Granby. Cette année, je m’étais dit que c’était moi qui allais l’organiser.»

Auparavant, la cérémonie était sous la responsabilité de la Légion royale canadienne de Granby, mais puisqu’elle a fermé ses portes au cours des dernières années, personne n’avait pris officiellement la relève, bien que les Cadets et les élèves de l’école Parkview aient déjà  tenu des activités de commémoration.

«C’est pour ça que j’ai commencé à faire les démarches pour organiser une cérémonie, explique M. Rodrigue, qui a passé 38 années de sa vie à servir son pays. J’ai réalisé que c’est beaucoup de travail; ça a été complexe, mais au bout de la ligne, je tenais à le faire et je suis content […].»

Le jour du Souvenir à Granby ne sera pas célébré la fin de semaine, contrairement à ce qui se fait ailleurs au Québec. Daniel Rodrigue tenait à garder le rassemblement la journée même de la signature de l’armistice. C’est donc dire que le lundi 11 novembre, dès 11h, au parc Victoria, «une grosse masse de personnes va se ramasser ici», souligne le principal intéressé.

«Peut-être que pour les années suivantes, on va changer [la journée] et faire ça une fin de semaine, précise M. Rodrigue. On verra d’ici là comment ça va se dérouler. On va faire une cérémonie au complet comme elle est supposée être.»

Les élèves de l’école Parkview seront au rendez-vous pour cette journée bien spéciale, tout comme les pompiers, les policiers, les ambulanciers, et les deux conseils des Chevaliers de Colomb. M. Rodrigue s’attend par ailleurs à ce que le maire Pascal Bonin et le député François Bonnardel soient présents.

«Le public aussi est invité, c’est ouvert à tout le monde, rappelle le Vétéran. S’il veut venir commémorer les combattants qui ont perdu leur vie pour la sécurité dont on bénéficie aujourd’hui, c’est en venant [à la cérémonie] qu’il va apprécier ça.»

Plus de sensibilisation

Le regroupement des Vétérans UN-NATO Canada pour la région de Granby remarque qu’il reste encore du travail à faire dans la population afin de rappeler l’importance de célébrer le jour du Souvenir, qui coïncide aussi cette année avec le 75e anniversaire du débarquement de Normandie.

«Les guerres mondiales [ont causé] beaucoup de morts, fait valoir Daniel Rodrigue. On parle de 60 millions en tout. Au bout de la ligne, il y a eu de gros sacrifices humains qui ont été faits pour qu’aujourd’hui, on puisse bénéficier d’une sécurité.»

«La plupart du monde n’est pas au courant de ça; ce n’est pas  parce qu’ils ne veulent pas, c’est parce qu’ils n’ont jamais été sensibilisés à ça. C’est un petit peu notre rôle de nous assurer de passer cette information-là pour que [les gens] soient un peu plus sensibilisés et reconnaissent le fait qu’on vit dans un environnement qui est sécuritaire.»

La signature de l’armistice et le débarquement de Normandie sont pour M. Rodrigue deux événements qui doivent demeurer dans la mémoire de la population. Des Vétérans de la région sont même prêts à rencontrer les jeunes dans les écoles pour discuter de ce pan d’histoire.

«L’année dernière, nos Vétérans sont allés à l’école Parkview et ont jasé avec les élèves, note M. Rodrigue, qui aimerait voir des partenariats se développer avec différents établissements scolaires. Ç’a été vraiment intéressant. On a vu que les enfants avaient un grand intérêt à savoir, à connaître. Idéalement, ce serait que l’information se passe dans plusieurs écoles et qu’il y ait plus de monde à travers le Québec qui soit sensibilise à […] à ce que le 11 novembre représente. Dans les autres provinces, c’est plus présent, au Québec, ce l’est moins.»

Anciens combattants Canada a assuré à M. Rodrigue de sa collaboration pour l’organisation des prochaines cérémonies afin que Granby puisse, elle aussi, se souvenir «du monde qui a perdu la vie et qui a été au front».

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des