Adapter son poste de travail pour prévenir les problèmes

Photo de Vincent Lambert
Par Vincent Lambert
Adapter son poste de travail pour prévenir les problèmes
Joanie Poirier, ergothérapeute chez Option Ergonomie de Granby. (Photo : Gracieuseté)

SANTÉ. Le confinement oblige plusieurs personnes à travailler de la maison. Bien que le télétravail ait ses avantages, il ne faut cependant pas négliger l’importance d’adopter une bonne posture et d’adapter sa routine à la maison pour prévenir des problématiques physiques ou bien de santé mentale.

Travailler d’un îlot de cuisines ou d’une table à manger peut sembler anodin, mais parfois, ce ne sont pas les meilleures conditions pour préserver une bonne posture. Et pas besoin de faire de gros achats pour organiser son poste de travail maison. Un brin d’ingéniosité peut faire l’affaire.

«Pour bien s’ajuster à la maison, des fois, on pense qu’on a besoin de beaucoup d’équipement, que ça va coûter cher ou qu’on a besoin d’une nouvelle chaise, explique Joanie Poirier, ergothérapeute chez Option Ergonomie de Granby. Mais souvent, on a beaucoup d’équipement à portée de main qui nous permettrait d’utiliser ça différemment et de bien nous ajuster.»

Par exemple, un petit coussin ou un chandail en boule peut être placé au niveau du dossier si la chaise n’est pas ergonomique. Si l’écran d’ordinateur est trop bas, on peut mettre en dessous des livres ou bien une pile de feuilles. Même chose pour les pieds; on peut utiliser des jouets solides s’ils ne touchent pas le sol.

«Si on est créatif un peu, on a différentes choses à la maison qu’on peut utiliser et qu’on peut s’ajuster de façon artisanale», souligne Madame Poirier.

Un aide-mémoire a aussi été pensé par Option Ergonomie sur l’ergonomie de bureau puisque des fois, ce n’est pas toujours si simple pour tout ce qui concerne les angles de 90 degrés à respecter au niveau des coudes, des hanches ou des genoux.

«Ce n’est pas tout le temps évident de prendre le temps de s’ajuster, reconnaît l’ergothérapeute. Des fois, on se dit que c’est temporaire et qu’on va retourner au bureau bientôt. Donc, on ne pense pas nécessairement à revoir sa posture avant que les douleurs apparaissent. C’est sûr que l’idéal est d’y aller en prévention et de tout de suite bien s’ajuster pour ne pas attendre d’avoir une douleur quelque part ou un inconfort par-ci par-là.»

Un mauvais poste de travail à la maison peut générer des tensions, note Joanie Poirier.

«Il n’y a pas d’évidence scientifique qui démontre qu’une mauvaise posture à un poste de travail informatique va créer des troubles musculosquelettiques comme une tendinite ou quoique ce soit, affirme-t-elle. Par contre, ça peut créer des inconforts, des douleurs; ça peut accentuer des problématiques qu’on avait déjà. Ce n’est pas ça qu’on recherche non plus.»

Avoir une routine

Parce que la situation actuelle de la pandémie change régulièrement et que le confinement chamboule le quotidien, la professionnelle conseille d’adopter une routine pour conserver une bonne santé physique, mais aussi mentale.

«La situation actuelle, c’est nouveau et hors de notre contrôle sous divers aspects et c’est imprévisible, admet-elle. On ne peut pas tout contrôler. C’est sûr que c’est tous des éléments qui peuvent créer du stress au quotidien. On ne peut pas tout changer ça. Tout le monde réagit différemment. C’est sûr que notre routine est chamboulée. Donc, c’est d’essayer de voir qu’est-ce qu’on pourrait créer comme nouvelle routine, qui c’est sûr, va être en mouvement parce qu’au fur et à mesure des jours, des semaines, des fois des heures, ça change. C’est de se créer une nouvelle routine qui va répondre à nos besoins.»

L’objectif est de trouver un équilibre entre soi-même, la famille, les tâches domestiques et les loisirs comme la marche ou bien le vélo.

«Le confinement n’est pas toujours synonyme d’isolement social, rappelle Mme Poirier. C’est sûr que c’est plus complexe. Ça prend plus de temps, donc il faut se prévoir plus de temps pour tout faire. C’est là qu’on peut voir les bienfaits des technologies et des médias sociaux où des fois on voyait plus les désagréments dans les dernières années.»

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des