La Croisée D’Antan: le plus gros été du groupe mis sur pause

Photo de Vincent Lambert
Par Vincent Lambert
La Croisée D’Antan: le plus gros été du groupe mis sur pause
La Croisée D'Antan avait conquis le public lors de la dernière édition du Festival international de la Chanson de Granby. Au centre: David Lefrançois, originaire de Granby. (Photo : Gracieuseté-Bertrand Duhamel)

MUSIQUE. La pandémie est venue jouer les trouble-fêtes à un bien mauvais moment pour le groupe La Croisée D’Antan. Celui-ci s’apprêtait à vivre son plus gros été. Spectacles en Europe, aux États-Unis et au Québec; tout a dû être reporté. Malgré tout, le trio garde espoir de remonter bientôt sur scène et il espère pouvoir le faire en septembre au Palace de Granby.

«C’était notre plus gros été qui était prévu depuis le début du groupe, explique le multi-instrumentiste de Granby, David Lefrançois. C’est sûr que ça fait mal un peu, mais en même temps, tout devrait être remis en 2021.»

C’est du moins le souhait du trio qui a sorti son deuxième album Apocalyptik, en plein confinement, qui parle de pandémie mondiale voire même de fin du monde. Est-ce une simple coïncidence avec ce qui se passe maintenant? Absolument puisque le titre et plusieurs textes ont été pensés il y a près d’un an et demi.

«On se fait beaucoup parler de l’album évidemment avec tout ce qui se passe, admet David Lefrançois, auteur des textes.  L’album était en vente numérique dès le début, ce qui n’était pas prévu. Sinon, les ventes physiques commencent à rentrer tranquillement, mais on a hâte de rejouer justement pour mettre ça vraiment en vente dans les spectacles.»

Les derniers mois ont peut-être changé les plans du trio qui joue de la musique traditionnelle, mais il ne se considère pas «non plus complètement à terre comme d’autres entreprises».

Pendant le confinement, La Croisée D’Antan a présenté deux spectacles en ligne qui combinait la moitié des pièces du nouveau répertoire et la moitié des pièces de l’ancien pour ne pas «tout dévoiler tout de suite». Pourrait-il y en avoir d’autres?

«On est ouvert à certaines possibilités en ce moment de faire d’autres spectacles en ligne, admet le principal intéressé.  Dépendamment de comment la situation va évoluer.»

Le groupe prévoit monter sur la scène du Palace de Granby le 12 septembre prochain.

 De grandes ambitions

La Croisée D’Antan ne rêve pas petit. Bien au contraire. Et sa présence l’année dernière au Festival international de la chanson de Granby –où il a reçu le prix du public- lui a permis d’ouvrir plusieurs portes.

«Dès le mois qui a suivi le Festival, il y a des choses qui sont rentrées que normalement ne seraient pas rentrée, confie le Granbyen. Dans le milieu artistique, ça s’est parlé. Plusieurs producteurs étaient là sur place. Ça a quand même créé certains liens vraiment intéressants.»

Ayant récemment signé avec l’agence Bleu Scène, le groupe de musique traditionnelle a dû procéder à un changement. Le pianiste Anthony Vacchio a décidé de se diriger vers une autre carrière et donc, David Lefrancois et Jordan Bélanger se sont tournés vers le guitariste Samuel Royer-Legault.

«Jusqu’à maintenant, tous les arrangements sont quand même basés sur l’album, fait valoir David Lefrançois. Ça ne change pratiquement pas. La sonorité, c’est différent, mais tout ce qui est des arrangements, des accords, ça reste. […] Il n’y a pas de changements majeurs, même que ça va amener quand même un plus du côté de la guitare pour certains arrangements.»

La Croisée D’Antan souhaite conquérir les scènes internationales. Et le trio travaille fort pour remettre son agenda sur les rails.

«C’est une musique qui s’exporte très bien, qui est très accueillie vraiment partout, confie le Granbyen. Oui, on se dirige vers ça.»

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des