Une PME sur cinq a réussi à adapter le télétravail en entreprise

Photo de Stéphane Lévesque | Initiative de journalisme local
Par Stéphane Lévesque | Initiative de journalisme local
Une PME sur cinq a réussi à adapter le télétravail en entreprise
(Photo : GranbyExpress-archives)

TRAVAIL. La COVID-19 a apporté son lot de défis, d’accélérations et de transformations au sein des différents milieux de travail. Parmi eux, on retrouve un recours plus accru et constant au télétravail. Dans un tel contexte, la FCEI a mené un sondage spécial sur le sujet qui révèle qu’une PME sur cinq a réussi à adapter le télétravail en entreprise.

Plus précisément, elles sont 13 % des PME à adopter le télétravail pour certaines responsabilités et 7 % à le faire pour la plupart des responsabilités. Pour 5 % des PME, le télétravail était déjà une pratique courante au sein de l’entreprise.

Les secteurs qui indiquent avoir implanté le télétravail dans le contexte de la COVID-19 sont :

  • 47 % : Services professionnels – plupart (25 %) et certaines (22 %) responsabilités
  • 37 % : Commerce de gros – plupart (11 %) et certaines (26 %) responsabilités
  • 34 % : Construction – plupart (5 %) et certaines (29 %) responsabilités
  • 26 % : Fabrication – plupart (6 %) et certaines (20 %) responsabilités.

Toujours selon le sondage auquel 1 203 membres FCEI ont répondu depuis le 24 septembre 2020, le télétravail a diminué la cohésion d’équipe pour la moitié des PME (53 %). Quant aux autres conséquences, il faut souligner que l’adoption du télétravail a augmenté les coûts pour 39 % des PME, diminué la facilité de communication avec le personnel pour 36 % d’entre elles tandis qu’un tiers (34 %) indiquent avoir constaté une baisse de la productivité.

«Rappelons-nous qu’au Québec, 7 PME sur 10 ont moins de 10 employés. Pour ces entreprises, il peut être plus complexe et aussi plus coûteux d’entreprendre un tel virage. Et c’est encore plus difficile en contexte de crise, parce qu’elles ont connu une diminution vertigineuse de leurs ventes et peinent encore aujourd’hui à retrouver leur rythme de croisière. De plus, même si la cohésion du personnel peut être facilitée lorsqu’il s’agit d’une petite équipe de travail, force est de constater qu’à distance, cela représente un défi supplémentaire pour des propriétaires d’entreprise pris dans une crise sans précédent», précise François Vincent, vice-président Québec à la FCEI.

Les PME ont également communiqué leurs préoccupations en lien avec le télétravail. En tête de liste, elles craignent les impacts sur le développement des affaires (49 %) et soulignent les difficultés liées à la supervision des employés (47 %). Notons que près du tiers des PME (31 %) redoutent les coûts que cela représente pour l’entreprise et elles mentionnent également comme frein l’accès des employés à une connexion Internet fiable et à haute vitesse. Enfin, les enjeux en matière de santé et sécurité au travail préoccupent également certains propriétaires d’entreprise qui ont sauté le pas (28 %).

«Les PME souhaitent prendre le virage du télétravail. Elles ont toutefois besoin d’accompagnement pour faciliter leur transition, tant au niveau de la formation que pour supporter les coûts supplémentaires qui y sont associés. De plus, pour entreprendre cette transition avec succès, avoir accès à l’Internet haut débit dans toutes les régions du Québec est névralgique», conclut François Vincent.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires