Jeunes en mouvement vers l’emploi

Par Boris Chassagne | Initiative de journalisme local
Jeunes en mouvement vers l’emploi
Les ateliers prératoires à l'emploi offerts par l’AGDIA s’ouvrent aux jeunes âgés de 15 à 30 ans. Ils s’étalent sur une période de neuf mois. Les stagiaires reçoivent une allocation de participation équivalente au salaire minimum, pour un maximum de 35 heures par semaine. (Photo : Gracieuseté-AGDIA)

COMMUNAUTÉ. L’Association pour la déficience intellectuelle et l’autisme (AGDIA) de Granby lance un nouveau programme d’ateliers préparatoires à l’emploi (APE). Une dizaine de jeunes vivant avec une déficience intellectuelle légère ou un trouble du spectre de l’autisme pourront ainsi suivre une formation destinée à leur intégration au marché du travail.

Diane Dumont, directrice générale de l’AGDIA, espérait pouvoir lancer ce programme depuis plusieurs années déjà. «Le programme APE doit permettre à ces jeunes d’acquérir les compétences requises pour obtenir un emploi et de s’y maintenir, en plus de leur offrir un programme de mise en forme pour améliorer l’endurance et la capacité physique» explique Mme Dumont. « Ils pourront participer à la hauteur de leurs capacités tout en cheminant pour éventuellement se dépasser. C’est génial. On est très contents des résultats. C’est une belle opportunité pour ces jeunes. Ils finissent l’école et ils ne sont souvent pas tout à fait prêts pour aller sur le marché du travail. Au moment où ils vont terminer l’école, à 18 ou 21 ans, ils sont encore à leur adolescence», ajoute la DG de l’AGDIA.

Faciliter les transitions

«Certains prennent un retard, qu’ils vont rattraper avec le temps. Ils n’ont pas la tête à dire, je veux un travail. Ces ateliers préparatoires à l’emploi vont leur donner une ou deux années de plus, ça fait une grosse différence», souligne Mme Dumont. Du temps qui leur permet d’apprendre, de développer leurs capacités, leur autonomie et l’organisation du travail, avant d’intégrer un emploi. «Ils ne réalisent pas à quel point, c’est important d’être assidu au travail, d’avoir des filtres, de reconnaître ce qui se dit ou pas à l’extérieur de chez soi par exemple et de développer des relations sociales.», expliqu

Diane Dumont, directrice générale de l’AGDIA. Photo:Gracieuseté-AGDIA

e Diane Dumont.

Les ateliers de l’APE offerts par l’AGDIA s’ouvrent aux jeunes âgés de 15 à 30 ans. Ils s’étalent sur une période de neuf mois. Les stagiaires peuvent à terme, travailler dans les secteurs manufacturier et agroalimentaire, du service à la clientèle, en agriculture et dans l’entretien. Ils reçoivent une allocation de participation équivalente au salaire minimum, pour un maximum de 35 heures par semaine. Les stagiaires seront ensuite jumelés à un employeur en mesure de les embaucher dès la fin de leur formation. C’est là qu’interviennent les trois organismes partenaires de l’AGDIA, soit le Carrefour Jeunesse Emploi (CJE) des Cantons-de-l’Est, le SDEM SEMO Montérégie et le bureau de Services Québec de Granby. Le programme de neuf mois de l’APE bénéficie d’une contribution financière de 624 000 $ du gouvernement du Québec et du Canada.

Pour Diane Dumont, directrice générale de l’AGDIA, ce projet se veut, espère-t-elle, le prélude à la création d’une entreprise adaptée dont la mission serait justement de soutenir l’employabilité de la clientèle que dessert l’AGDIA. Une entreprise qu’elle souhaite pouvoir lancer d’ici la fin de l’année 2021.

 

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires