Sophie Foisy, une gestionnaire qui mise sur l’audace

Photo de Eric Patenaude
Par Eric Patenaude
Sophie Foisy, une gestionnaire qui mise sur l’audace
«Oui, parfois, je me suis sentie essoufflée. Par contre, je suis ravie du résultat et du travail accompli par l'équipe», raconte Sophie Foisy, directrice générale de la Société Alzheimer de Granby et région. (Photo : GranbyExpress-Éric Patenaude)

PERSONNALITÉ. «Prendre le taureau par les cornes», «battre le fer pendant qu’il est encore chaud», «se retourner sur un 10 cents». Ces expressions, la directrice générale de la Société Alzheimer Granby et région, Sophie Foisy, les connaît très bien puisqu’elles font partie de son vocabulaire depuis la mi-mars; moment où la province amorce sa lutte contre la pandémie. Qui est la femme qui se cache derrière cette organisation qui soutient des aidants et des gens aux prises avec l’Alzheimer? Portrait de notre Personnalité féminine de l’année 2020.

De la fébrilité dans l’air. On la ressent à notre arrivée dans les locaux de l’organisme de la rue Principale. Tout le monde nous salue et nous fait savoir à quel point cette considération à l’égard de leur gestionnaire est pleinement méritée. Après quelques salutations d’usage, Sophie Foisy accueille finalement l’auteur de ses lignes avec toute la gentillesse qu’on lui connaît. Pour cette femme à la tête de la Société Alzheimer de Granby et région depuis à peine 18 mois, l’année 2020 en aura été toute une. Aux dires de la DG, un mot résume les 12 derniers mois: l’audace.

«Nous sommes beaucoup plus solides qu’avant. Maintenant, nous développons et nous offrons de nouveaux services. Nous, la pandémie, nous l’avons utilisé pour expérimenter. Ç’a été notre laboratoire», explique Sophie Foisy.

Alors que certains organismes communautaires ont vu leur rôle diminuer durant la crise sanitaire, Mme Foisy saute sur l’occasion pour réinventer la Société Alzheimer avec le soutien des 15 employés de la boîte. Du répit à domicile dans le respect des règles sanitaires, publication d’une quarantaine de capsules vidéo sur les réseaux sociaux, des rendez-vous virtuels avec les aidants et les participants, une marche-bénéfice virtuelle, le recours aux technologies numériques. D’ailleurs, tout récemment, la Société a reçu un don de 20 000 $ de la Fondation Telus pour un futur meilleur. Grâce à ce cadeau de fin d’année, l’organisme pourra acquérir des tablettes électroniques et fournir un service de connexion Internet à ses membres lors d’activités numériques.

«Je suis fière de voir où nous sommes rendus aujourd’hui. Je dois être l’une des rares à avoir dit: la pandémie va nous avoir permis cette expérimentation-là. Sans cette crise peut-être qu’on se serait contenté de nos services réguliers. Mais nos bailleurs de fonds se sont ajustés et on a pu explorer de nouvelles avenues comme d’offrir du répit virtuel», laisse entendre la DG de la Société Alzheimer.

«Je me considère chanceuse d’avoir reçu l’appui de tous les membres du conseil d’administration qui nous ont appuyés même lorsque nous avions des idées farfelues», confie-t-elle en esquivant un sourire.

Une grosse année

«Ça nécessite un sens d’adaptation important. C’est savoir jongler avec les risques tous les jours, car on travaille avec une clientèle vulnérable.» Gérer un organisme appelé à porter assistance à des individus dans le besoin en temps de pandémie, Sophie Foisy l’a appris sur le terrain durant la première vague alors qu’elle était encore en mode exploratoire.

«Oui, parfois, je me suis sentie essoufflée. Par contre, je suis ravie du résultat et du travail accompli par l’équipe», raconte-t-elle.

Tout au cours de l’entretien d’une soixantaine de minutes, Sophie Foisy revient régulièrement sur l’importance des membres de son équipe. Selon ses dires, les vrais héros de la Société Alzheimer Granby et région; ce sont ces hommes et ces femmes qui, jour après jour, accompagnent les proches aidants et les personnes atteintes.

«Je me suis assurée qu’on puisse leur offrir de la formation pour améliorer leurs pratiques professionnelles. C’était un souci que j’avais.» «Et j’en ai aussi profité pour regarder nos pratiques de gestion et de gouvernance. Parce qu’en tant qu’organisation, on doit se remettre en question.»

À maintes reprises, Sophie Foisy le souligne. La pandémie a été tout un terrain de jeu pour son organisation. Mais au-delà de la crise de la COVID-19 et des expériences vécues, elle prend soin d’évoquer l’importance de l’être humain dans la mission de son organisation. À la Société Alzheimer de Granby, on parle d’une soixantaine de familles qui requiert des services sur une base régulière. Et ce nombre a crû depuis le début de la pandémie, a fait savoir notre interlocutrice.

«On a eu beaucoup de nouvelles familles (environ 75) qui sont venues cogner à notre porte pour avoir du soutien, de la formation et des outils pour faciliter leur compréhension de la maladie et de l’accompagnement pour les prochains processus.»

Celle qui œuvre à la Société Alzheimer depuis juin 2019 demeure très humble face à son succès. Pour Sophie Foisy, il est hors de question de s’attribuer tout le mérite. «Je me suis fait un devoir d’aller chercher les forces de tout le monde qui gravitait autour de moi. Pour moi, la force d’une équipe passe avant tout autre chose.» On n’aurait pas pu mieux dire.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires