Tremcar investira 15 M$ à Granby

Par Stéphanie MacFarlane
Tremcar investira 15 M$ à Granby
: Tremcar déménagera à Granby ses activités de Saint-Césaire. Si les conditions sont favorables et que les matériaux sont disponibles, l’entreprise prévoit construire cette installation en 2021 ou en 2022 pour être en mesure d’entamer la production de remorques-citernes vers la fin de 2022. (Photo : Canada Français-Jessyca Viens-Gaboriau)

ÉCONOMIE. Le manufacturier spécialisé dans la fabrication de remorques-citernes en acier inoxydable et en aluminium, Tremcar a récemment acheté un vaste terrain dans le parc industriel de Granby afin d’y construire une nouvelle usine. Le coût de ce projet est évalué à 15 M$. 

L’entreprise de Saint-Jean-sur-Richelieu a acquis, le mois dernier, une parcelle de 684 000 pieds carrés dans le parc industriel de Granby où elle projette d’y construire un bâtiment de 110 000 pieds carrés.

«C’est pour le futur. On regarde à long terme. On aura encore de l’espace pour agrandir», indique  Daniel Tremblay, président de Tremcar.

Si les conditions sont favorables et que les matériaux sont disponibles, l’entreprise prévoit construire cette installation en 2021 ou en 2022 pour être en mesure d’entamer la production de remorques-citernes vers la fin de 2022.

Tremcar déménagera à Granby ses activités de Saint-Césaire. Un de ses clients souhaite acquérir une partie des installations césairoises. Dans l’autre portion, Tremcar y déménagerait ses activités d’Asybco, qui se spécialise dans la production de citernes vacuum. Cette division se trouve sur le terrain voisin du siège social et de l’usine d’Iberville. Elle occupe un lot d’environ 47 000 pieds carrés sur la rue Montrichard. Cet endroit deviendra ainsi vacant. «Le but est de l’occuper, mais la vocation n’est pas encore précisée», souligne M. Tremblay.

De son côté, la direction de Granby Industriel n’a pas voulu commenter l’arrivée de Tremcar puisque la vente du terrain n’a pas encore été entérinée par les membres du conseil municipal. Toutefois, selon nos informations, l’important lot acheté par l’entreprise se trouverait dans le secteur de la rue Arthur-Danis où l’on y retrouve notamment les compagnies L.B Maple Treat et Millet Plastique Canada.

Le président de Tremcar, Daniel Tremblay. Photo: Canada Français-Jessyca Viens-Gaboriau

Une nouvelle acquisition

Alors qu’on planche un important projet de construction d’une nouvelle usine chez Tremcar, l’entreprise vient d’acquérir son principal compétiteur. Citernes Bédard, située à Montréal, devient ainsi une subdivision distincte du fabricant de Sant-Jean-sur-Richelieu.

«Citernes Bédard est notre plus grand compétiteur dans les remorques-citernes de produits secs et en vrac», expose d’emblée Daniel Tremblay.

Il précise que les usines de Saint-Jean-sur-Richelieu et de Saint-Césaire travaillaient en complémentarité pour être en mesure de compétitionner avec Citernes Bédard.

En procédant à l’acquisition de cette entreprise située près du canal Lachine, Tremcar vient ajouter un modèle à son offre, la remorque-citerne Butler. «Elle est plus robuste et plus dispendieuse. C’est un modèle haut de gamme. On ne l’intégrera pas à nos usines. On va continuer à la fabriquer à Montréal. On va conserver la marque Bédard avec leur design original. Ils ont un marché de niche», souligne M. Tremblay.

625 employés

Environ 25 employés travaillent chez Citernes Bédard. Ils s’ajoutent aux 600 travailleurs que compte Tremcar dans ses usines de Saint-Jean-sur-Richelieu, Saint-Césaire, London (Ontario), Strasburg (Ohio) et Haverhill (Massachusetts). «C’est un ajout considérable. Ce sont 25 travailleurs formés, expérimentés et efficaces. C’est une bénédiction. On est capables d’utiliser leurs connaissances immédiatement», fait remarquer le président de Tremcar.

Cette acquisition permettra également de créer quelques emplois au siège social de Tremcar, situé sur la rue Montrichard dans le parc industriel à Iberville.

La valeur de la transaction n’a pas été dévoilée puisqu’elle est d’ordre privé. Toutefois, Daniel Tremblay mentionne que dans ses meilleures années, Citernes Bédard avait un chiffre d’affaires annuel de 12 M$. Il se situe désormais entre 6 et 7 M$. Avec la collaboration d’Éric Patenaude.

 

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires