Une session de dressage pour Léo qui tourne au vinaigre

Photo de Sarah Villemaire
Par Sarah Villemaire
Une session de dressage pour Léo qui tourne au vinaigre
De retour à la maison depuis quelques jours, Léo ne démontre, pour le moment, aucun signe d'agressivité. On le voit ici en compagnie de sa maîtresse, Karelle Blanchard. (Photo : Granby Express-Sarah Villemaire)

ANIMAUX DOMESTIQUES. Qui ne rêve pas d’avoir un chien aux bonnes manières? C’était le souhait de Karelle Blanchard et de Kevin Marchand lorsqu’ils ont confié leur Léo, un jeune Bouvier bernois, à Alpha Services Canin, de Granby, pour une session d’entraînement. Le séjour aurait toutefois tourné vinaigre au point où le couple réclame leur dû auprès des responsables de l’entreprise pour avoir fait vivre un calvaire à leur animal. Des insinuations que réfute le propriétaire du centre canin, Marc Boisvert.

Membre de la famille Blanchard-Marchand depuis maintenant plus d’un an,  Léo a connu toute une frousse durant les derniers jours. Comme bien d’autres chiots nés lors de la pandémie, ce Bouvier bernois, qui n’a pas eu la chance de se socialiser pleinement auprès des autres chiens, est devenu anxieux.

Souhaitant le meilleur pour son chien, Karelle Blanchard a fait appel aux services d’Alpha Services Canin afin d’atténuer les problèmes d’anxiété de Léo. De prime abord, impressionnée par le professionnalisme et le savoir-faire du responsable de la place, Mme Blanchard a adhéré au service VIP de dressage d’une valeur de 2 000 $. Le 1er avril dernier, une première transition pour Léo l’attendait où il devait passer un séjour de 14 jours sans visite au centre canin.

Un premier dépôt de 1000 $ a alors été payé en argent comptant et un contrat de non-responsabilité a été signé afin de débuter les démarches. Suivant les recommandations du maître-dresseur, Karelle Blanchard et son conjoint ne pouvaient avoir de  nouvelles durant les sept premiers jours pour «briser le lien émotif», selon les ordres du propriétaire du centre, Marc Boisvert.

Le septième jour venu, la maîtresse de Léo a contacté le dresseur pour avoir des nouvelles qui se sont avérées peu réjouissantes. Selon le propriétaire du centre, Léo serait un chien très agressif. Après cinq jours à le laisser dans une cage sans boire ni manger, le dresseur  aurait pris la décision de prendre rendez-vous pour faire euthanasier la bête, avance Mme Blanchard.

Amaigri

Abasourdie par la nouvelle, Karelle Blanchard a décidé d’aller récupérer immédiatement son animal. C’est dans un piètre état qu’elle a retrouvé son chien quelques minutes après l’appel téléphonique.

«Il était amaigri, il sentait fort l’urine, son poil était cotonné et il avait les yeux au sang. J’étais contente d’aller chercher mon Léo avant le temps. J’avais tellement peur pour lui que je suis allée le chercher directement», affirme Karelle Blanchard.

Faisant état de son histoire sur les réseaux sociaux à la suite de la disparition d’un chien s’étant enfui du même centre un peu plus tôt cette semaine, la mère de famille a reçu d’innombrables messages de part et d’autre la remerciant d’avoir dénoncé l’endroit sur la place publique.« Mon chien n’est pas le seul à avoir vécu ce calvaire, car des témoignages, j’en ai reçu plein», mentionne Mme Blanchard.

De retour à la maison, Léo a fini par retrouver ses repères et a perdu toute agressivité dont il aurait fait preuve durant les derniers jours. Outre sa  volonté de ravoir son dépôt pour insatisfaction de service, elle n’entend toutefois  pas entreprendre des démarches judiciaires contre M. Boisvert. Karelle

Blanchard souhaite simplement que ce genre de situation ne se reproduise plus. «Mon plus gros rêve serait qu’il arrête de faire ça. Si le monde n’adhère plus à sa pratique, c’est comme si, pour moi, c’était fermé», explique Karelle Blanchard.

Le maître-chien se défend

Vilipendé sur les réseaux sociaux depuis la publication de cette histoire, Marc Boisvert, propriétaire d’Alpha Services Canin, affirme avoir été mis sur le bûcher depuis les derniers jours. Excédé par les événements, ce dernier allègue avoir été contraint de suspendre momentanément la page Facebook de son centre devant la flambée des commentaires haineux.

Montré du doigt, l’homme rejette les allégations faites à son endroit par Mme Blanchard. «On a des échanges avec elle. Elle nous menace clairement et nous demande de la rembourser sinon elle va déposer des plaintes. Donc, on voit que l’animal n’est pas si important que ça. C’est l’argent qui est important», prétend Marc Boisvert.

Selon le propriétaire du centre canin établi à Granby depuis 2019, un remboursement aurait même été offert au conjoint de Mme Blanchard afin de sceller le dossier.

«Il y a des choses qui se sont dites à notre sujet qui ne font aucun sens comme le fait qu’on n’a pas nourri son chien durant cinq jours. Tout est sur caméra ici (…). Je suis tellement dépassé que je ne sais plus quoi dire», déclare Marc Boisvert en entrevue téléphonique.

«J’ai déjà eu des conflits avec des clients et on a toujours réglé nos choses», soutient-il.

Permis valide

Au ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, on confirme qu’Alpha Services Canin dispose d’un permis valide l’autorisant à accueillir jusqu’à un maximum de 49 bêtes. Dans un échange de courriels, le porte-parole du Ministère, Yohann Dallaire Boily, n’a pu nous confirmer si l’entreprise avait fait l’objet de plaintes par le passé. Le relationniste a invité l’auteur de ses lignes à passer par la Loi d’accès à l’information pour obtenir le dossier de l’établissement en cause. Avec la collaboration d’Éric Patenaude

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires