Granby termine 2020 avec un surplus de 9,5 M$

Photo de Eric Patenaude
Par Eric Patenaude
Granby termine 2020 avec un surplus de 9,5 M$
Au chapitre de l'endettement total net, il continue de baisser. À la fin de l'exercice au 31 décembre dernier, la dette de la Ville de Granby était de 78 M$ comparativement à 83,2 M$ en 2019, selon les résultats financiers adoptés par le conseil municipal, lundi soir. (Photo : GranbyExpress-Éric Patenaude)

MUNICIPAL. La Ville de Granby a bouclé la dernière année avec un surplus de 9,5 M$ dans ses coffres. C’est ce qui ressort du rapport financier pour l’année 2020 déposé par l’administration Bonin.

Malgré la pandémie, la Ville n’a pas trop peiné souffert sur le plan des entrées d’argent dans les 12 derniers mois avec des revenus 115,7 M$, peut-on lire dans le rapport remis aux médias. Une hausse de 9,9 M$ (+ 9,3 %) par rapport aux prévisions budgétaires évaluées à 105,8 M$. Cette croissance des revenus est attribuable, entre autres, à la subvention COVID-19 de 5,1 M$ remise par Québec et aux droits de mutation (taxe de bienvenue) qui ont été plus élevés de 2,7 M$.

Au 31 décembre 2020, les dépenses se chiffraient quant à elles à 106,2 M$ alors qu’on anticipait des déboursés de 105,8 M$ lors de l’adoption du budget. Un dépassement de coût de 411 000 $. «On a des variations de dépenses, mais il faut comprendre que 411 000 $ sur un budget de 105 M$, c’est vraiment pas beaucoup. C’est ce qu’on appelle une gestion très saine de nos dépenses», a indiqué Sylvie Chouinard, trésorière adjointe à la Ville de Granby.

En 2020, près de 29 M$, dont 15, 5 M$ à réfection des rues, routes et trottoirs ont été investis dans les immobilisations par la Ville. Parmi les projets d’importance, notons le pavage de la rue Saint-Hubert (3,7 M$) et la reconstruction des infrastructures des rues Coupland, Denison et Bergeron (2,2 M$).

Et la question que tout le monde se pose: que fera la Ville avec un surplus frôlant les 10 M$? D’emblée, le conseil municipal a voté, lundi soir, en faveur de l’ajout d’un montant additionnel d’un million de dollars à son fonds de roulement (13 M$).

«Sur les 9,5 M$ (surplus), il y a un transfert de 7,3 M$ vers différents projets où la Ville est déjà engagée pour 2021 (…). Et en prévision de futurs impacts encore inconnus liés à la pandémie, on met 500 000 $ de côté», a expliqué le conseiller municipal et responsable des finances et des ressources humaines, Jocelyn Dupuis.

Dette

Au chapitre de l’endettement total net, il continue de baisser. À la fin de l’exercice au 31 décembre dernier, la dette de la Ville était de 78 M$ comparativement à 83,2 M$ en 2019.

«En 2013, je m’étais présenté à la mairie en disant que j’allais faire de mon mieux pour garder la dette au même niveau et ne pas l’augmenter. C’est mission accomplie (…). Pour moi, c’est un fait d’armes incroyable. Je ne suis pas sûr qu’au pays qu’il y ait une ville qui a réussi à abaisser sa dette lors des huit dernières années tout en payant comptant. Je vous rappelle qu’on a payé 230 M$ d’investissements comptants. C’est peut-être moins spectaculaire que la dette zéro sauf qu’il n’y a pas de dettes cachées», a mentionné le maire Pascal Bonin.

 

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires